La Foi d’un Franc-Maçon

alchimie-illustration-Heinrich-Khunrath-01-808x820

Il est de devenir ce que nous devons être, des hommes qui mettent à profit le progrès matériel pour se réaliser pleinement, en force, en sagesse et en beauté.

*

Les maçons francs du Moyen Age sont des hommes exceptionnels qui transcendant les cadres économiques, scientifiques et politiques de leur époque. Non seulement ils sont les meilleurs techniciens du bâtiment de leur temps, mais encore ils savent, chose extraordinaire pour des roturiers, et particulièrement pour des ouvriers, lire, écrire, calculer, peindre, dessiner, chanter, jouer de la musique, sculpter, graver, buriner. Bref, ils sont universels. Aucun domaine de l’activité humaine ne leur est étranger et ils en tirent leur honneur et leur fierté en un temps où précisément, le travail manuel est considéré comme une besogne dégradante, incompatible avec l’élévation de l’âme et de l’esprit. C’est ce paradoxe fondamental dont il faut bien se pénétrer pour comprendre la vie de l’Ordre maçonnique, son développement, son évolution, les succès, les déboires, les honneurs et les persécutions dont il va bientôt faire l’objet.

*

Rien ne sert de se lamenter sur les malheurs des temps comme l’ont fait tous les hommes à toutes les époques. Ne nous plaignons pas, comme des enfants gâtés, d’avoir mal à l’estomac parce que nous avons mangé trop de chocolat. Il est, certes, impérieusement urgent que nous dominions la machine savante fabriquée de nos mains, que nous nous dégagions de l’esclavage insidieux qu’elle tente de nous imposer, que nous la mettions au pas et que nous lui rappelions qu’elle est à notre service. Nous sommes au volant, ne nous endormons pas. Si nous sentons la torpeur nous envahir, arrêtons-nous et faisons quelques pas à pied, l’air fais nous réveillera. Nous pourrons ensuite reprendre la route, maîtres de nos réflexes, et imposer à notre esclave d’acier, de matières plastique et de laiton de se conduire comme il faut.

C’est ce que font les Francs-maçons lorsqu’ils se réunissent dans la loge. Ils vont y réapprendre les trois règles d’or de la maîtrise : purification, harmonie, synthèse.

Richard Dupuy dans La Foi d’un Franc-Maçon

Une pièce musicale de W.A. Mozart Ode maçonnique K477

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s