Le fabuleux héritage de l’Egypte

momification

Une des sciences égyptiennes, la plus anciennement et la plus brillamment pratiquée, est bien celle que maîtrisait l’illustre Imhotep : l’art de guérir et son inséparable corollaire, la pharmacopée.

La réputation des médecins égyptiens, les sinous, était telle, que l’on venait de l’étranger consulter ces savants, des médecins laïques par excellence, par opposition aux guérisseurs ou magiciens, les fameux prêtres de Sekmet ou encore les conjurateurs de Selket.

*

… lorsque Hâpy, l’inondation, était revenue et commençait à se répandre sur la totalité des terres.

A Thèbes, le grand vase du dieu Amon, le « Caché », était cérémonieusement véhiculé sur des brancards portés par les prêtres. Muni d’un couvercle à l’image du bélier divin, il avait été rempli de l’eau nouvelle, que les prêtres chargés de ce rite étaient allés puiser sur le bord du fleuve, ou du canal du temple. Devant le grand sanctuaire de Karnak, les fouilles ont dégagé la descenderie que les prêtres empruntaient pour atteindre le grand canal afin d’y puiser l’eau sainte.

Les petits vases, remplis de l’eau quasi miraculeuse, circulaient dans toute l’Egypte et on se souhaitait « l’ouverture d’une belle année », une oupèt renpèt néferèt. Pharaon expédiait même à des souverains étrangers, des jarres d’eau sainte qui, disait-on, assurait à toutes les femmes une heureuse fécondité. A l’inverse, on venait de l’étranger puiser dans le Nil cette eau de l’Inondation.

Dans ce grand cycle, commandé par le Nil, les trois saisons comptaient donc, chacune, cent vingt apparitions et disparitions du soleil. On se souvient que les astronomes avaient divisé, suivant la progression et la régression de la température, chacune des trois saisons en quatre groupes de trente complètes « révolutions » du soleil, correspondant, chacune, à un mois de trente jours. Chaque mois était divisé en trois « semaines » de dix jours chacune, les décans. A ce compte, l’année comprenant trois cent soixante jours. Il manquait donc cinq jours et un quart, pour compléter la période qui séparait chaque retour de crue. Ces cinq jours furent donc considérés comme supplémentaires, appelés par les Égyptiens « les jours sur l’année ». Bien plus tard, les Grecs les désignèrent par le terme « épagomènes ».

Christiane Noblecourt Desroches dans Le fabuleux héritage de l’Egypte

Une pièce musicale de Chris Richardson – Sahara

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s