Qui rencontre qui?

Il est fascinant de constater que dans notre propre existence, nous avons la possibilité de vivre plusieurs phases de vie, constituée de multiples périodes et qui est remplie de séquences et de surprises.

Il est possible de constater ce phénomène notamment lorsque nous rencontrons une personne que nous n’avions pas vue depuis des années. Elle nous regarde et elle nous perçoit avec une représentation déphasée. Cela s’explique par les différents changements que nous avons vécus, que ce soit sur le plan de l’apparence, du travail, de la résidence, de la vie de couple, de la santé, ou des voyages vers l’inconnu.

Il y a donc des rencontres avec des gens qui nous voient avec nos périodes de vie antérieure, alors que nous nous sommes incarnés dans une nouvelle vie.

Cela nous amène à faire ce double constat. En premier lieu, les gens nous perçoivent à partir des expériences communes et des liens tissés. De cette somme d’expériences, une image s’est forgé, souvent même, un film de nous pour combler les trous de notre histoire, et cette représentation appartient à l’ordre de la simulation, elle repose sur des projections et des perceptions, bref elle relève souvent du domaine du jugement.

Par ailleurs, on ne peut pas, pour nous définir, nous réduire à la somme de toutes nos expériences. En fait, ce que nous sommes est une forme d’actualisation, dans l’ici et maintenant, de l’intégration que nous avons pu réaliser.

Nous avons l’opportunité de vivre un nouvel épisode à chaque matin qui se dessine.

C’est ce qui explique en partie la perception de changement que perçoivent les autres à notre propos. Nous sommes issus de l’interdépendance conditionnée de ce que nous vivons, pensons, bref d’un ensemble d’éléments internes et externes en interaction.

La rencontre fortuite entre des personnes éloignées par leur vécu illustre bien les paradoxes en jeu.

L’image que notre entourage se fait de nous, ayant souvent une connotation de permanence, est déphasée au regard de notre existence qui est composée de plusieurs périodes de vie, chacune tout aussi réelle qu’impermanente.

On pourrait même dire que l’image que nous avons de nous-mêmes est soumise à ce phénomène. En vieillissant, on constate que notre regard sur nos capacités est déphasé. On se représente différemment du reflet du miroir.

L’enjeu de l’art de vivre, avec soi et avec les autres, demande de développer une vision conscience et en phase au regard de ce que nous sommes réellement.

À chaque contact, je suis déjà différent à vos yeux et à mes yeux, car je m’incarne au fil de mon histoire.

Alors qui rencontre qui?

Une chanson de Tracy Chapman – New Beginning

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/254904.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2020 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s