Nietzsche, la philosophie comme remède à la civilisation

Rejetant à la fois l’égalité, la démocratie, la science et la modernité : la rumeur veut que Nietzsche soit le philosophe le plus obscur de tous les temps. Pourtant Nietzsche demeure cohérent et voulait faire de la philosophe un remède à une civilisation qui sombrait dans un lent déclin depuis la fin de l’antiquité. C’est la thèse que défend Martine Béland, professeure au Collège Édouard-Montpetit et chercheuse associée au Centre canadien d’études allemandes et européennes de l’Université de Montréal. Loin d’être compatible avec les nazis qui ont fait de lui un inspirateur, Nietzsche était violemment opposé au nationalisme et à l’antisémitisme. Entrevue pour faire la lumière sur un philosophe qui a été accablé comme nul autre par l’ignorance et la diffamation de ses contemporains et successeurs.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s