De l’humanisation

tapis-de-souris-bouddhiste-tibet

Ce que les hommes éprouvent, aujourd’hui, comme « bonheur » correspond réellement à un état de complète satisfaction de leurs désirs, quelle que soit leur qualité; le bonheur, ainsi conçu, dépasse les limites importantes que la philosophie grecque lui avait assignées, à savoir principalement qu’il ne doit pas être l’accomplissement des besoins subjectifs, mais plutôt celui des besoins objectivement valables, suivant les critères de l’existence totale de l’homme et de ses potentialités.

Nous ferions mieux de penser à la joie et à la vivacité intense plutôt qu’au bonheur. Un être sensible ne peut pas s’empêcher d’être profondément affecté par les tragédies inévitables de la vie, que ce soit dans une société irrationnelle ou dans la meilleure des sociétés. La joie et la tristesse sont des expériences inéluctables pour un être sensible et vivant.

Le bonheur, dans son sens actuel, implique une satiété béate et superficielle plutôt que la plénitude de l’expérience humaine; on peut dire que ce « bonheur » est la forme aliénée de la joie.

Erich Fromm dans Espoir et révolution, vers l’humanisation de la technique

Une pièce musicale de Pink Floyd – Welcome to the Machine

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/257951.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s