Étreintes

Si je me devais de choisir

Pour une raison d’espace

Un seul de mes souvenirs

Ce serait celui, de toute manière

De nos étreintes dans la mer

Si vous voyez que change mon visage

Qui s’illumine en plein février

Dans la grisaille des jours séniles

C’n’est pas que je m’amuse de l’hiver

Je pense à nos étreintes dans la mer

À nos étreintes dans la mer

Si vous croyez qu’à mon dernier sourire

C’était ajouté une lueur

Une singulière splendeur

Je dois, ni au paradis, ni à l’enfer

Mais aux étreintes d’une femme dans la mer

Je dois, ni au paradis, ni à l’enfer

Mais aux étreintes d’une femme dans la mer

Aux étreintes d’une femme dans la mer

Daniel Bélanger – Étreintes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s