Euphorismes

Puebla Mexique

Le plus court chemin du plaisir au bonheur passe par la tendresse.

*

L’amour c’est comme le jazz : c’est n’importe quoi, mais pas n’importe comment.

*

Les hommes sont tellement conditionnés par leur enfance qu’en fait, les psychiatres ne sont que des pédiatres rétroactifs…

*

Quand on est équivoque dans le paradoxal, on évite peut-être la contradiction, mais on n’échappe pas à une certaine ambiguïté.

*

Il suffit parfois de faire semblant d’avoir du courage pour s’en découvrir vraiment. Dommage que ça ne marche pas pour l’intelligence.

*

Certains pensent qu’il suffit d’avoir mauvais caractère pour avoir du caractère, comme s’il suffisait d’avoir mauvaise haleine pour avoir du souffle !

*

Il y a des choses que personne au monde ne fait mieux que moi : me pardonner mes faiblesses, par exemple.

*

Le dernier d’une course arrive quand même avant le premier de la course suivante.

*

Ce qu’il faut craindre ce n’est pas la mort mais l’envie de mourir.

*

Chaque individu est unique et, là-dessus, j’ai la prétention d’être comme tout le monde.

*

Aimer, c’est grandir.

Grégoire Lacroix dans Les Euphorismes de Grégoire

Une pièce musicale de Ólafur Arnalds – Woven Song

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s