Anne Dufourmantelle

ImAGE plumes

La douceur est ce qui retourne l’effraction traumatique en création. Ce qui sur la nuit hantée pose de la lumière, sur le deuil un visage aimé, sur l’effondrement de l’exil une promesse de rive où se tenir. C’est ainsi qu’entre la lumière, empreinte plus forte que l’envie d’y revenir, plus forte que l’objet perdu de la mélancolie ou du renoncement.

Pour approcher, voire guérir d’un trauma, il faut pouvoir aller jusque-là où le corps a été atteint. Il faut coudre une autre peau sur la brûlure de l’événement. Fabriquer une enveloppe protectrice ad minima sans quoi aucune délivrance n’est possible, car alors le trauma fera hantise dans la vie de l’individu. La douceur est l’une des conditions de cette reconstruction.

Le trauma est un ravissement négatif. Le sujet est ravi à lui-même, son moi ne gouverne plus, il est emporté, démâté, quelque chose le saisit qui le fait revenir à ce moment de l’existence où il n’était pas encore constitué ni construit mais déjà entièrement existant. Le trauma est une subversion qui ordonne un exil. De n’en rien vouloir savoir fait le lit de toutes les dépressions, du régime du renoncement le plus radical à celui en demi-teintes de la dépression blanche. Et des médicaments rafistoleront l’envie d’exister ou le chagrin d’amour ou l’échec professionnel ou le sentiment d’imposture, car rien ne vient recoudre cette plaie. Rien d’autre que la création, qui la rouvre aussi autrement et ailleurs, mais sur un terrain moins mouvant.

La douceur peut venir quand cesse la douleur traumatique. Ce retour à la liberté d’un corps non violenté, d’une parole saine est déjà une création. C’est retrouver des sensations primitives de commencement du désir, de commencement du temps aussi peut-être. Sortir du trauma allège des contraintes que la douleur exerçait. La convalescence offre une saveur telle qu’elle est en soi une sorte de miracle qu’on ne goûtera que cette unique fois.

Anne Dufourmantelle dans Puissance de la douceur

Une pièce musicale d’Arvo Pärt – My heart’s in the highlands

6 réflexions au sujet de « Anne Dufourmantelle »

    1. Rebonjour Daniel …
      J’ai fait une recherche sur Anne Dufourmantelle ….si tu permets…

       » Née à Paris le 20 mars 1964, Anne Dufourmantelle a trouvé la mort le 21 juillet, sur la plage de Pampelonne, près de Ramatuelle (Var), dans des circonstances tragiques en portant secours au fils d’une de ses amies âgé de 10 ans, qui était en train de se noyer. Au cours de ce sauvetage, elle a succombé à un arrêt cardiaque. Anne Dufourmantelle avait 53 ans.  » Le Monde

      Un don de vie exceptionnel….je me devais de le souligner…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s