La voie de l’oiseau

Si, en étant bien concentré sur la posture du corps et la respiration, on se met à observer l’esprit, alors on réalise que l’esprit est insaisissable car c’est l’esprit lui-même qui observe, c’est l’esprit qui pense.

Si on s’avise de vouloir saisir l’esprit, cela ne peut pas être l’esprit mais une idée au sujet de l’esprit et à ce moment-là, l’esprit, au lieu d’être ce qu’il est, illimité comme le vaste ciel contenant tout, devient à son tour une pensée, une fabrication mentale, quelque-chose de séparé et de limité.

Alors, l’esprit perd le pouvoir de nous libérer et devient un objet d’attachement parmi d’autres.

Si l’on essaye d’observer l’esprit, ce que l’on peut juste faire, c’est d’observer ce qui apparaît et disparaît d’instant en instant dans cet esprit. En étant attentif au moment de l’apparition d’un phénomène, si on observe comment surgissent la pensée, la sensation, la perception, alors très vite l’agitation mentale se calme. Très vite un espace vide apparaît entre les pensées, les sensations et les perceptions. C’est le point où observation et concentration se rejoignent. Cela permet à l’esprit de fonctionner suivant sa véritable nature, c’est à dire de ne pas s’aliéner aux choses, aux pensées en s’identifiant à elles. Et, cela ne peut se réaliser qu’instantanément.

Roland Rech dans La voie de l’oiseau

Une pièce musicale de Xavier Rudd – Spirit Bird 

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/873264-xavier-rudd-spirit-bird.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s