La fin du courage

Qu’est-ce que vouloir si ce n’est déjà manifester une certaine forme de courage ? Car vouloir ce sera affronter le passage au pouvoir.

Vouloir n’est pas de facto pouvoir. Il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir.

Ou plutôt si. Il suffit. Le territoire immense de la volonté s’ouvre, tel un abîme. L’enjeu est clair. Le courage, ce sera déjà vouloir.

Décider de vouloir. Simplement cela.

*

Le vouloir comme l’amour, commence par lui-même : initiative prévenante, il commence par lui-même et revient à lui-même.  » disait Vladimir Jankelevitch.

Tel est la clé du commencement. Le courage est affaire de commencement parce qu’il est l’une des plus sûres manifestations de la volonté.

…..Vouloir, ce serait en ce sens « commander » à soi-même d’agir.

*

Entre le courage et la peur, il y a un rendez-vous secret.

*

Le courage est sans doute l’unique façon de réhabiliter le moi, son unicité et sa légitimité

Cynthia Fleury dans La fin du courage

Une pièce musicale de The Gardyne Chamber Ensemble – Braveheart theme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s