Le long d’un amour

Âme charnelle, cette basse chantante en chacun

Lorsque le toucher de l’autre le fait

vibrer, résonner

Lentement alors s’élève

éveillé puis émerveillé

éveillant puis ensorcelant

L’air de la haute enfance

jadis éclatant puis oublié

longtemps enfoui puis souvenu

Psalmodiant le présent et sa plénitude

Où le lys éclos rejoint enfin l’étoile…

L’Être n’est-il pas cette musique

Qui depuis l’origine

cherche à se faire entendre

Qui attend

chaque instant de chaque jour

et chaque jour de toute vie

Que la main sache enfin toucher la lyre?

François Cheng dans Le long d’un amour

Une pièce musicale de Era – Wind love

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s