Le variant de la peur

La peur a souvent comme effet de nous dénaturer. Elle nous fait devenir plus dure, nous pousse parfois à dire des choses ou faire faire des gestes qui dépassent l’entendement.

Lors de mon retour de mon séjour en Égypte où j’étais allé y donner un cours, j’ai été pris en charge à arrivant sur le territoire canadien. L’évolution rapide des restrictions de voyage en réponse au variant Omicron a perturbé les plans de voyages de plusieurs, dont les miens, faisant en sorte qu’entre le départ et l’arrivée (moins de 20 heures de transit et de vols), des mesures concrètes ont été changées. Le variant Omicron se répandait dans le monde et les mesures de protection implantées en urgence ont donné lieu à des événements disgracieux.

Le personnel de l’aéroport devait appliquer des consignes sans en connaître tous les paramètres, ce qui a fait en sorte que les relations avec les voyageurs désignés pour une quarantaine étaient parfois tendues.

En voyant un voyageur arrivé de l’un des 9 pays mis à l’index, même s’il était doublement vacciné et avec un test PCR de moins de 24 heures dans les poches, le douanier prend le téléphone et dit « J’en ai un ! ». On venait de perdre une partie de notre nature humaine. La peur a fait en sorte que des choses se sont dit et se sont faites que je n’aurais jamais cru possible dans une démocratie comme la nôtre.

Ce qui m’a réconcilié avec notre humanité lors de cet événement, c’est le nombre de voyageurs et de voyageuses qui vivaient une situation où les repaires disparaissaient un à un et malgré cela, un élan d’entraide et de soutien mutuel était bien présent. Autant lors de mon escale en Europe où au Québec, la volonté de ne pas laisser personne en détresse et de côté m’a réconforté.

Je ne suis pas contre les mesures de protection publiques, bien au contraire. Mon propos, c’est simplement de rappeler que les consignes et les restrictions visent à protéger les humains. Pour que cela se passe bien, il faut tenir compte de l’humain, il faut encadrer les ressources humaines sur le terrain afin de faire en sorte que la peur ne soit pas le guide des interventions. Il y a moyen de se protéger tout en étant bienveillant.

Durant cette situation, j’ai vu des travailleuses et des travailleurs réconfortants et d’autres… On ne réagit pas tous de la même façon à la peur lorsque nous n’y sommes pas préparés.

 Après deux jours dans un site d’isolement gouvernemental, me voici en quarantaine à la maison. Être seul et prendre une pause des comportements de personnes apeurées m’est salutaire.

Il est important de nommer et de dire que nous ne gagnons en rien collectivement en entretenant l’indifférence ou la peur. Il nous faut revenir à notre propre nature, bienveillante et solidaire.

Une chanson de Peter Gabriel, Zucchero, Anggun et d’autres – Qui sait

Les paroles sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Anggun-Qui_Sait_-lyrics,p71336

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2021 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s