Magnificence de soi

La mode et la vie moderne dans nos sociétés font en sorte que le mouvement de masse l’emporte de plus en plus sur l’expression de l’individu, la grande nouvelle qui vient changer la donne vient de plus en plus de l’extérieur et dicte bien souvent la façon dont on devra se comporter. Lentement, nous assistons à une sorte de disparition de soi au profit d’une identité collective.

Nos choix se retrouvent soit dans la catégorie de la collaboration et de la participation ou dans celle du refus de collaborer en nous tenant à distance, en nous soustrayant le plus possible à la part la plus contraignante de cette identité collective.

Paradoxalement, les zones de tensions nous illustrent ce mélange de fragilité et de force que l’on ressent en soi, faisant en sorte que les périodes d’affirmation se succèdent aux périodes de soumissions. Est-ce qu’il faut s’en offusquer ? Pas nécessairement, si nous reconnaissons notre imperfection et notre singularité.

C’est lorsque nous vivons des expériences où nous avons le sentiment que nos repères ont disparu, que l’orientation à prendre pour nous construire nous échappe en raison de la multitude de voies possibles qui s’offrent devant nous, qu’il est devenu le temps de faire le silence, et de se tourner vers ses propres ressources. C’est à ces moments qu’il faut prendre la mesure de notre intuition qui est le murmure de notre propre nature.

Ce murmure nous permet alors de prendre conscience que l’autonomie ce n’est pas une affaire de statut social, de l’étayage de moyens ou d’une résistance aux mécanismes de régulation extérieure que l’on nous propose.

L’autonomie c’est avant tout cette capacité de nous entendre, de nous sentir, de nous réapproprier cette capacité d’agir, et ce, malgré les manques que nous pouvons appréhender, qu’ils soient économiques, affectifs, relationnels, occupationnels ou spirituels.

C’est aussi cette conscience que bien qu’ultimement nous soyons toujours seuls dans cette recherche et cet abandon à vivre, nous faisons partie d’une humanité où la qualité de la réciprocité et de l’interdépendance dépend avant tout de la part de compassion que nous voulons partager. Vous savez cette expression d’une magnificence de soi !

Une chanson de Richard Séguin – Elle danse avec la vie

Les paroles sur https://laboiteauxparoles.com/titre/780/elle-danse-avec-la-vie

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2022 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s