Mythologie des arbres

Comment l’humain des premiers âges n’aurait-il pas eu une vénération reconnaissante, une admiration profonde pour cet être énorme qui survivait, pas seulement à lui, mais à ses descendants. Car l’arbre vit très vieux, plus vieux qu’aucun autre être. Il existe des essences qui, dépassant le millénaire, semblent, à vue humaine, immortelles. Cet ancêtre, l’ancêtre par excellence, est aussi de tous les vivants le plus grand, le plus majestueux. Aucun animal, jamais, même parmi les géants préhistoriques disparus, n’atteignit pareille taille, pareil poids. Pour le sauvage, qui est au premier sens de ce mot l’homme de la forêt, l’arbre est véritablement la première des créatures terrestres ; pour celui-là, c’est aussi le vivant le plus proche du ciel qu’il unit à la terre, la voie qu’empruntent naturellement les dieux.

*

Qui n’a rêvé devant un arbre au printemps ? Qui n’a ressenti son calme épanouissement comme une invite ? Même l’homme moderne, qui a perdu la faculté de s’émerveiller, sauf peut-être et pour un temps devant les inventions nées de son cerveau, ne peut y rester insensible. Mais que l’on imagine que l’humain des temps anciens, vivant au sein de la nature, pour qui l’alliance avec elle n’était point soumission, comme on veut nous le faire croire, mais harmonie, ou, mieux encore, que l’on pratique la méditation, alors une telle rêverie retrouve son utilité première, elle redevient ce qu’elle était, authentique, vitale, elle constitue un mode d’être, le plus authentique, le plus clairvoyant qui soit. Ainsi, au pied de l’arbre, rêve le Bouddha, et il s’éveille du trop humain cauchemar. Durant la méditation devant le figuier sacré, surgit du tréfonds de l’être la compréhension intuitive de l’univers dont l’individu cesse d’être séparé, celle de la place qu’il y occupe, du rôle qu’il doit y jouer, compréhension spontanée, nécessaire et suffisante, que possède tout vivant et qui n’est refusée qu’à l’homme, ou plutôt que l’homme seul se refuse.

Jacques Brosse dans Mythologie des arbres

Une pièce musicale de Tori Amos – Speaking With Trees

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s