Aphorismes de Tesson

À la campagne, on dirait que les chemins se promènent.

*

Moi, quand je fais la grève j’arpente les plages.

*

L’espérance est une insulte à l’instant.

*

J’ai beau tuer le temps, il ressuscite toujours.

*

Je mets des galets dans mon sablier pour être sûr d’avoir le temps.

*

Le vent est un loup dans les troupeaux de nuages.

*

Il est plus facile pour un fleuve que pour un homme de réussir en naissant dans le ruisseau.

*

Un écrivain est quelqu’un qui parle tout seul et note ce qu’il dit.

*

Le temps d’un baiser rentre-t-il dans l’espace d’un instant?

*

C’est lorsqu’on prend un aller-retour qu’on fait les choses à moitié.

*

Les arbres jettent l’or de leurs feuilles par les fenêtres de l’automne.

*

Et si le mendiant tendait sa main pour nous aider ?

*

Cercueil : embarcation sans rames pour passer sur l’autre rive.

Sylvain Tesson dans Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit

Une pièce musicale de Beethoven interprétée par Barenboim – Pathetique 2nd movement

2 réflexions au sujet de « Aphorismes de Tesson »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s