L’avènement 4

La science a permis aujourd’hui de permettre d’envisager qu’il y aurait entre 100 et 200 millions de trous noirs dans notre seule galaxie. On parle ici d’objets suffisamment denses pour que même la lumière ne soit pas assez rapide pour s’en échapper. Tout est aspiré par un trou noir et il est impossible de s’y extraire. Dans un trou noir, tout est si dense, que par exemple la Terre se retrouverait concentrée en quelques millimètres.

Pendant longtemps, les scientifiques ont cru que c’était avant tout une réalité mathématique.

Aujourd’hui, bien que nous ne puissions pas les voir, nous les détections par les calculs mathématiques ou par l’observation des objets qui subissent leurs forces gravitationnelles avant de disparaitre en leur direction. Ainsi, nous pouvons envisager de nouvelles perspectives.

Se pourrait-il qu’il y ait des similitudes entre le Bing Bang et les trous noirs ? Certains chercheurs évoquent la possibilité que les trous noirs soient des univers naissants ou des univers en gestation.

Le point de singularité d’un trou noir est ce lieu où est concentrée toute la matière qu’il contient. Autour se trouve une zone où rien ne peut échapper à sa gravité. Elle s’appelle l’horizon des événements. Un objet ou la lumière qui franchit l’horizon des événements n’en ressort jamais, et à terme, il tombe sur le point de singularité.

Il est intéressant de constater que l’avènement est à la base de notre incarnation. Il est le résultat d’un ensemble, dont chacune des parties est interdépendante, et de la complexité, ce processus qui permet à chaque partie de changer, d’évoluer et de s’adapter.

L’unité de notre monde est en constant changement avec ces avènements constituant des points de bascule, et de différents points de singularités existants dans notre univers d’où peuvent émerger d’autres mondes.

Par ailleurs, lorsque deux trous noirs se rencontrent, ils semblent fusionner et former un seul trou noir, plus gros que chacun des deux trous noirs initiaux.

Lorsque l’Un nait sous forme d’un univers, il se dilate, puis il devient en expansion avec de nombreuses transformations, il se crée à partir d’éléments d’une grande simplicité, des environnements toujours plus complexes donnant une diversité de singularités.

Cette perspective nous apprend que les mouvements que nous observons, par exemple, le cycle des saisons ou la respiration peuvent paraitre répétitifs et similaires, mais lorsque nous les observons à grande échelle, nous constatons que tout change.

Tout est interdépendant et devient une source d’inspiration pour qui veut explorer de nouvelles voies de passage.

Une pièce musicale de Dhafer Youssef – Soupir Eternel

Les paroles en français sur

Les paroles en français sur http://espritsrebelles.canalblog.com/archives/2014/10/10/30727458.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2023 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s