Archives du tag ‘clarté

Le goût de la clarté   Leave a comment

ImAGE soleil

Ferme les yeux, oublie le temps, oublie toutes les distances de ce monde qui te font désirer être en contact avec tout ce qui s’y trouve.

Ne laisse pas un but se dessiner, et ne tend pas vers un état que tu devrais réaliser.

Reprends simplement contact avec l’instant, le goût de la clarté, l’émotion de la lumière, les improbables subtilités qu’apporte chacune des couleurs.

Glisse-toi entre le jeu des ombres et de lumières et apprécie que tout se pose comme un présent précieux.

La clarté peut-être retournera alors ton regard pour te rappeler ta propre beauté singulière.

 

Une pièce musicale de Ludovico Einaudi – Life

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 22 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

L’interrupteur de la peur   Leave a comment

La peur est présentée ici comme une forme d’obscurité. à partir de cette image, on propose des moyens non pas pour combattre la peur, mais pour y apporter de la lumière à partir d’un interrupteur.

Publié 11 janvier 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

S’adapter à la vie   Leave a comment

image-horloge-maintenant

Il y a des jours où nous aimerions que tout soit calme, figé, et que rien ne vienne perturber quoi que ce soit. C’est un rêve fou, une belle utopie, mais qui peut malheureusement nous mener directement à des difficultés d’adaptation et des problèmes de santé mentale.

Il me semble qu’il est illusoire de rechercher la fin de la souffrance et des événements imprévus. À mes yeux, c’est refuser la vie.

Dès notre naissance, que nous le voulions ou non, et ce jusqu’à notre mort, il y aura des turbulences, de beaux moments et des périodes plus difficiles.

La voie de l’apaisement passe notamment par cette reconnaissance que nous allons être en réaction et en adaptation toute notre vie.

Toute notre vie, nous allons nous modifier, et parfois, à certaines phases, cela engendrera de la confusion. Parfois, nous allons pleurer, et parfois nous allons devenir insensibles, tant du cœur que de l’esprit.

Y voir dans ces phases des échecs ou des victoires m’apparaît comme une fiction personnelle que nous construisons.

Y voir une expérience et un apprentissage m’apparaît comme une perspective permettant de mieux vivre et assumer, en fonction de nos projets et de nos réalisations à produire, les changements qui se présentent.

Vous pouvez être de ceux qui recherchent l’accalmie en essayant de vivre sans aucun effort et de fuir le plus possible les phases qui se présentent à vous.

Vous pouvez être de ceux qui ouvrent la porte pour découvrir avec un esprit libre le pouvoir d’expérimenter afin de se défaire des conditionnements répétitifs et d’ouvrir de nouveaux sentiers.

Cela implique de prendre conscience de ses appartenances et de ses dépendances, de savoir qu’il y a au-delà de ce vide qu’est l’inconnu, tout en le regardant en face, un présent à vivre.

Malheureusement, il ne suffit pas de penser pour s’adapter. De même, il ne suffit pas d’expérimenter pour s’adapter. Toutefois, avec un esprit sain en pleine conscience dans un corps sain en mouvement, voilà des conditions qui permettent de vivre avec clarté les joies et les peines et de nourrir son parcours de ces joyaux de la vie.

Lorsque nous vivons avec conscience et clarté, nous composons avec ce qui est et non avec ce qui devrait être, ainsi il n’y a plus de choix et plus de pertes.

Une chanson de Daniel Bélanger – Il y a tant à faire

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Étincelles d’Éveil   Leave a comment

yin yang

Deux personnes ont cohabité en vous toute votre vie.

L’une, l’ego, volubile, exigeant, hystérique et calculateur;

L’autre, l’être spirituel secret auquel vous n’avez guère prêté attention, dont vous avez rarement entendu la voix tranquille de sagesse.

A mesure que vous écouterez les enseignements, les contemplerez, et les intégrerez à votre vie, s’éveillera et s’affermira votre voix intérieure, votre sagesse de discernement innée – ce que, dans le Bouddhisme, nous appelons « la conscience claire discriminante »

Vous commencerez alors à faire la distinction entre ses conseils et les diverses voix tapageuses et ensorcelantes de l’ego Et la mémoire de votre vraie nature, de sa splendeur et de sa confiance, commencera à vous revenir peu à peu

Vous vous apercevrez, en fait, que vous avez découvert en vous, votre propre « guide de sagesse », et à mesure que votre guide de sagesse, ou que la voix de votre conscience discriminante gagnera en assurance et en clarté, vous commencerez à faire la différence entre sa vérité et les mystifications diverses de l’Ego, et vous serez capable de l’écouter avec discernement et confiance.

Sur le doute

Le doute exige de notre part une grande habileté. J’ai remarqué que très peu de gens savaient tirer parti des doutes et les mettre à profit. Telle est l’ironie d’une civilisation qui glorifie le pouvoir de la critique et du doute : il ne s’y trouve quasiment personne pour avoir le courage de critiquer les affirmations mêmes du doute, de faire ce que recommandait un maître Hindou : Lâcher les chiens du doute sur le doute lui-même, démasquer le cynisme et découvrir la peur, le désespoir et le conditionnement éculé qui lui ont donné naissance. Le doute ne sera plus un obstacle mais une voie d’accès à la réalisation, et le chercheur de vérité accueillera chaque manifestation du doute comme une occasion d’approfondir cette vérité.

Étincelles d’Éveil Sogyal Rinpoche

Une chanson de Xavier Rudd  – Spirit Bird

Publié 10 février 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Croyez en l’extase des nuages…   Leave a comment

ImAGE Rires

Croyez en l’extase des nuages qui traversent les grands horizons, au petit vent du soir, au cœur de l’été chaud.

Croyez en la douceur d’une amitié, d’un amour, à la main qui serre votre main.

Car demain, mais n’y pensez pas, demain éclateront peut-être les nuages et l’orage emportera vos amours.

Tenez-vous serrés, ne vous endormez pas sur un reproche non formulé, endormez-vous réconciliés.

Vivez le peu que vous vivez dans la clarté.

Julos Beaucarne quel beau texte

 

Une chanson de Richard Séguin, Il faut croire au bonheur

Publié 15 mai 2016 par dandanjean dans Pauses lectures, Pauses musicales

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Entraînement mental, un chemin vers la compassion   Leave a comment

AUM

La méditation pour certains, l’entraînement mental pour d’autres, n’a rien de magique, et ne demande pas de dons particuliers.  Il s’agit simplement d’entraîner l’esprit à observer tous les mouvements qui le traversent, sans les suivre.

Bien qu’il est difficile au début de ne pas suivre l’impulsion émergente, et parfois même de la repérer à l’état de germe, il est possible de jeter un regard intérieur et de clarifier l’esprit, et mieux se vivre.

La nature de l’esprit est comparable à un ciel bleu. Sa nature est vaste, apparemment sans limites, si ce n’est l’horizon de nos perceptions.  Lorsqu’un nuage apparaît, il devient le centre de notre attention, et il peut même nous faire oublier le fond bleu.

Ainsi, beaucoup de choses peuvent altérer la perception claire de l’esprit lorsqu’il est agité par les représentations, les perceptions diverses, et les afflictions qui nous affectent tels des nuages annonçant l’orage et les colères du moi.

Imaginer alors lorsque le ciel est couvert de nuages. Le discernement, la capacité à comprendre et à connaître de manière juste l’effet de ces phénomènes qui nous habitent sont plus complexes.

L’entraînement permet de porter un regard sur l’amas de nuages et d’en saisir la trame, le mouvement, la place dans le ciel bleu et initier une libération, un « lâcher-prise » sur les élans émotionnels qui obscurci notre clarté. Le mouvement naturel de la clarté se manifeste et l’esprit s’apaise progressivement.

Permettre de laisser passer les nuages sans les suivre, c’est réaliser que le filtre des émotions ou des perceptions n’est pas nécessaire pour apprécier la vie, et même que souvent il ne sert qu’à maintenir telle opinion sur telle personne compte tenu de son aspect toxique.

Doucement, en regardant le ciel, nous développons une vision plus large, plus ouverte, plus détendue, semant les graines de la compassion.

https://www.youtube.com/watch?v=M7vc91Y7jQw&spfreload=10

Publié 17 février 2015 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :