Archives du tag ‘environnement

Vers la sobriété heureuse de Pierre Rabhi   Leave a comment

ImAGE papillons

Il ne suffit pas de se demander : « Quelle planète laisserons-nous à nos enfants? »; il faut également se poser la question : »Quels enfants laisseront-nous à notre planète? »

*

En même temps que le réenchantement du monde que nous aurons à accomplir, la beauté étant à l’évidence une nourriture immatérielle absolument indispensable à notre évolution vers un humanisme authentique, nous devons également et impérativement trouver une façon juste d’habiter la planète et d’y inscrire notre destin d’une manière satisfaisante pour le cœur, l’esprit et l’intelligence. J’entends par beauté celle qui s’épanouit en générosité, équité et respect. Celle là seule est capable de changer le monde, car elle est plus puissantes que toutes les beautés créées de la main de l’homme, qui, pour foisonnantes qu’elles soient, n’ont pas sauvé le monde et ne le sauveront jamais. En réalité, il y va de notre survie. Le choix d’un art de vivre fondé sur l’autolimitation individuelle et collective est des plus déterminants; cela est une évidence.

Vers la sobriété heureuse de Pierre Rabhi

 

Une chanson d’ Isabelle Boulay – Hymne a la beauté du monde

Accords et paorles sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Isabelle-Boulay/Hymne-a-la-beaute-du-monde.php

 

Publié 2 décembre 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

La musique pour freiner la fonte des glaciers   Leave a comment

Ludovico Einaudi est un pianiste et compositeur la réputation n’est plus à faire.

Avec son piano, sur une plateforme flottante devant les glaciers de l’Arctique, il interprète «Elegy for the Arctic» (ou Élégie pour l’Arctique), une pièce composée pour l’occasion. Ainsi au pied d’un glacier, il fait sa prestation afin d’amener les gens à prendre conscience des effets du réchauffement climatique, des forages pétroliers et de le pêche qui menacent l’Arctique.

On peut entendre comme bruit de fond, les glaces qui s’effritent se fracassent et tombent dans l’océan. La scène est puissante et le message est clair: les glaciers, disparaissent à une vitesse effarante et il faut agir vite!

Des millions de personnes ont déjà signé la pétition «Save the arctic», vous pouvez joindre votre voix à celle de Greenpeace en signant vous aussi!

Quand tout s’ensable…   2 comments

L’Équipe de tout le monde s’en fout nous parle de l’impact du sable qui file entre nos doigts. Toujours à propos…

– AVERTISSEMENT : cette vidéo peut te faire passer des vacances en béton.

Publié 21 septembre 2017 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , , , ,

L’énergie grise   Leave a comment

Le groupe de la Barbe, ne sont pas de mauvais poils sur ce sujet, il aborde de façon humoristique l’importance de préserver notre environnement et réduire la pollution.

 

Publié 15 septembre 2017 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Un changement dans la façon de voir notre environnement   Leave a comment

Québec

Il y a pas si longtemps, il était encore nombreux à dire tout haut que le concept même de changement climatique dû à la consommation humaine est une fiction de l’esprit pour mousser la cause écologique.

Malheureusement l’expérience des dernières années nous rattrape et nous constatons les effets de notre imprudence au regard de la consommation du territoire sur le climat et sur nos vies. Plus de tempêtes virulentes, changement brusque de température, pluies abondantes, etc. Présentement, le Texas le vit. Heureusement, la majorité des pays ayant signé l’accord de Paris demeure solidaire pour changer les comportements.

Il y a de plus en plus d’humains qui font cette prise de conscience d’une interdépendance entre l’homme et la nature.

N’est-ce pas Alan Watts qui soulignait : « En vérité, c’est pour la pensée seulement que la peau sépare le corps du reste du monde. Pour la nature, la peau est agent de liaison autant que de séparation. »

Il est triste de constater que cette civilisation où l’homme est considéré comme le couronnement de la création soit son propre bourreau.

Si nous sommes capables, à l’échelle de l’humain, de nous libérer des entraves que nous nous créons, il en est de même pour notre relation avec la nature. Nous avons le choix de faire la différence à notre propre échelle.

Pensons à nos petits-enfants, qu’est-ce qu’on leur laisse?

Est-ce un avenir durable?

Une chanson de Richard Séguin – Qu’est-ce qu’on leur laisse?

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Le Cinquiéme Rêve   Leave a comment

image-matin

Au début, le Grand Esprit dormait dans le rien.

Son sommeil durait depuis l’Éternité.

Et puis soudain, nul ne sait pourquoi, dans la nuit, il fit un rêve.

En lui, gonfla un immense désir…

Ce fut le tout premier rêve, la toute première route.

Longtemps, la lumière chercha son accomplissement, son extase.

Quand finalement elle trouva, elle vit que c’était la transparence.

Et la transparence régna.

Mais voilà qu’à son tour, ayant exploré tous les jeux de couleurs qu’elle pouvait imaginer, la transparence s’emplit du désir d’autre chose.

À son tour elle fit un rêve.

Elle qui était si légère, elle rêva d’être lourde.

Alors apparut le caillou.

Et ce fut le deuxième rêve… La deuxième route.

Longtemps, le caillou chercha son extase, son accomplissement.

Quand finalement il trouva, il vit que c’était le cristal.

Et le cristal régna.

Mais à son tour ayant exploré tous les jeux lumineux de ses aiguilles de verres, le cristal s’emplit du désir d’autre chose, qui le dépasserait.

A son tour il se mit à rêver.

Lui qui était si solennel, si droit, si dur, il rêva de tendresse, de souplesse et de fragilité.

Alors apparut la fleur, et ce fut le troisième rêve, la troisième route…

Longtemps la fleur, ce sexe de parfum chercha son accomplissement, son extase.

Quand enfin elle trouva, elle vit que c’était l’arbre.

Et l’arbre régna sur le monde.

Mais tu connais les arbres, il n’y a pas plus rêveurs qu’eux.

L’arbre, à son tour fit un rêve.

Lui qui était si ancré à la terre, il rêva de la parcourir librement, follement, de vagabonder au travers d’elle.

Alors apparut le ver de terre.

Et ce fut le quatrième rêve. La quatrième route…

Longtemps le ver de terre chercha son accomplissement, son extase.

Dans se quête, il prit tour à tour la forme du porc-épic, du puma, de l’aigle, du serpent à sonnette.

Longtemps, il tâtonna et puis un beau jour, dans une immense éclaboussure… au beau milieu de l’océan… un être très étrange surgit, en qui toutes les bêtes de la terre trouvèrent leur accomplissement, et ils virent que c’était la baleine !

Longtemps cette montagne de musique régna sur le monde et tout aurait pu peut-être en rester là, car c’était très beau.

Seulement voilà… Après avoir chanté pendant des lunes et des lunes, la baleine à son tour ne pus s’empêcher de s’emplir d’un désir fou.

Elle qui vivait fondue dans le monde, rêva de s’en détacher.

Alors brusquement, nous sommes apparus, nous les hommes !

Car nous sommes le cinquième rêve, la cinquième route, en marche vers le cinquième accomplissement, la cinquième extase…

Dans la moindre couleur, toute la lumière est enfouie.

Dans tout caillou du bord du chemin, il y a un cristal qui dort.

Dans le plus petit brin d’herbe, sommeille un baobab.

Et dans tout ver de terre, se cache une baleine.

Quant à nous, nous ne sommes pas « le plus bel animal », nous sommes le rêve de l’animal !

Et ce rêve est encore inaccompli. »

 

Le Cinquième Rêve de Patrice Van Eersel

 

 

Une chanson interprétée par Isabelle Boulay –  Hymne a la beauté du monde

 

Publié 9 juillet 2017 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Voyager, l’écho de l’humanité   Leave a comment

Voici un court métrage sur le thème de la perte de notre humanité au profil de la technologie. Les auteurs veulent nous amener à imaginer ce que la vie sur Terre pourrait ressembler à de nombreuses générations à partir de maintenant alors que la technologie devient une partie de nous. Une prise de conscience pour initier un changement pendant qu’il est encore temps.

Le film début avec la sonde spatiale « Voyager », qui a été envoyé dans l’espace par la NASA en 1977. Puis nous nous retrouvons des centaines d’années plus tard. La sonde est revenue sur la Terre. Le monde a changé et la technologie a pris le contrôle de l’humanité.

Pourtant, en 1977, la sonde Voyager Golden Record était destinée à présenter l’humanité à d’autres mondes.

CGI **Award-Winning** Indie Short Film: « Voyager » – by Team Voyager

%d blogueurs aiment cette page :