Les perdants magnifiques

leonard-cohen

Comment puis-je commencer quelque chose de nouveau avec tout cet hier en moi?

*

J’aurais voulu vivre dans le « folk song » comme Joe Hill, pleurer pour les innocents que ma bombe aurait mutilés, remercier le vieux paysan qui nous aurait nourris pendant notre fuite.

J’aurais voulu avoir une manche vide retenue par une épingle double, et voir les gens sourire tandis que je saluais de la mauvaise main.

*

J’aurais voulu avoir ma tête portée à Pékin, avec un poème écrit sur mon épaule, sourire au dogme qui écrasait ma personnalité, faire face aux machines de Broadway.

J’aurais voulu que la Cinquième Avenue se souvienne des pistes indiennes.

J’aurais voulu écrire un pamphlet contre le contrôle des naissances, dans une langue très simple, un pamphlet qui serait venu au foyer, illustré de dessins en deux couleurs représentant l’éternité et des étoiles filantes.

Leonard Cohen dans Les perdants magnifiques

«Quand on me demande combien de temps mon père va vivre, je réponds que dans 200 ans, quelqu’un va chanter une chanson de Leonard Cohen. C’est pas ça, la vie?» ~ Adam Cohen (octobre 2016)

Une chanson demLeonard Cohen – In My Secret Life

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1193004-katie-melua-in-my-secret-life.html

HALLELUJAH!

C’était une soirée magique. 1500 chanteurs sont venus au festival Luminato à la Hearn Generating Station à Toronto. Daveed + Nobu (AKA DaBu) leur a appris le second rôle dans Hallelujah de Leonard Cohen, puis Rufus Wainwright les a rejoints sur scène pour chanter le rôle principal. C’était une nuit magique, un grand souvenir.

Merci à tous ceux qui ont rendu cela possible.

Choir! Choir! Choir! Epic! Nights: Rufus Wainwright + 1500 Singers sing HALLELUJAH!`

La tour de la chanson

En novembre dernier à Montréal un spectacle hommage à Leonard cohen ou des grands ont chanté le chantre.

Sur cette séquence, une surprise, une projection durant ce spectacle avec notamment, Peter Gabriel, Céline Dion, Willie Nelson et Chris Martin qui chacun leur tour chante une partie de Tower Of Song de Leonard Cohen.  Un grand moment. Et a la fin, Leonard apparaît…

Les paroles sur http://www.leonardcohensite.com/songs/tower.htm

 

Khalil Gibran : dialogue entre pensées

Italie Napoli

Votre pensée et la mienne

Votre pensée est un arbre enraciné profondément dans le sol de la tradition et dont les branches poussent dans le pouvoir de la continuité.

Ma pensée est un nuage évoluant dans l’espace. Il se change en gouttes qui, en tombant, forment un ruisseau qui chante en suivant son cours vers la mer. Puis il s’élève en vapeur vers le ciel.

Votre pensée est une forteresse que la tempête ni l’orage ne peuvent ébranler.

Ma pensée est une feuille délicate qui oscille dans chaque direction et trouve du plaisir dans ce balancement.

Votre pensée est un dogme suranné qui ne peut pas vous changer, pas plus que vous ne pouvez le changer.

Ma pensée est une hérésie nouvelle, elle me met à l’épreuve et je la mets à l’épreuve matin et soir.

Vous avez votre pensée et j’ai la mienne.

Votre pensée vous autorise à accepter le combat inéquitable du fort contre le faible, et l’escroquerie du pauvre hère par de plus madrés.

Ma pensée crée en moi le désir de labourer la terre avec ma houe, de moissonner la récolte avec ma faucille, de construire ma maison avec des pierres et du mortier et de tisser mes habits avec des fils de laines et de lin.

Votre pensée vous presse d’épouser la richesse et la respectabilité.

La mienne me recommande l’indépendance.

Votre pensée prône la célébrité et l’apparence.

La mienne me conseille et m’implore de rejeter la notoriété et de la traiter comme un grain de sable lancé sur le rivage de l’éternité.

Votre pensée insuffle dans vos cœurs l’arrogance et la supériorité.

La mienne enracine en moi l’amour de la paix et le désir d’indépendance.

Votre pensée engendre des désirs de palais avec des meubles en bois de santal ornés de joyaux et des lits faits de fils de soie entrelacés.

Ma pensée me parle doucement à l’oreille : « Sois pur de corps et d’esprit même si tu n’as nulle part où poser ta tête. »

Votre pensée vous fait aspirer aux titres et aux charges.

La mienne m’exhorte à être un humble serviteur.

Vous avez votre pensée et la mienne.

Votre pensée brandit un code social, une encyclopédie religieuse et politique.

La mienne est un simple axiome.

Votre pensée voit dans la femme la beauté, la laideur, la vertu, la prostitution, l’intelligence ou la bêtise.

La mienne voit en chaque femme une mère, une sœur ou une fille pour chaque homme.

Les sujets de votre pensée sont les voleurs, les criminels et les assassins.

La mienne déclare que les voleurs sont les créatures du monopole, les criminels des tyrans et les assassins les parents des morts.

Votre pensée proclame des lois, des tribunaux, des juges et des châtiments.

La mienne explique que quand l’homme édicte une loi, soit il la viole soit il lui obéit. S’il y a une loi fondamentale, nous y sommes tous soumis. Celui qui dédaigne le moyen est le moyen lui-même. Celui qui proclame son mépris du coupable proclame du même coup son dédain de toute l’humanité.

Votre pensée concerne l’habile, l’artiste, l’intellectuel, le philosophe et le prêtre.

La mienne parle d’amoureux et l’aimant, du sincère, de l’honnête, du franc, du bon et du martyre.

Votre pensée défend le Judaïsme, le Brahmanisme, le Bouddhisme, la Chrétienté, et l’Islam.

Dans ma pensée il n’y a qu’une religion universelle, dont les chemins variés ne sont que les doigts de la main bienveillante de l’Être Suprême.

Dans votre pensée il y a le riche, le pauvre et le mendiant.

Mon Liban suivi de Satan, Khalil Gibran

 

Une chanson de Leonard Cohen – Everybody Knows