Archives du tag ‘s’accepter

Une conscience joyeuse et unique   2 comments

tu-apprends

S’émerveiller, développer une conscience qui serait joyeuse, tant de notre vie que de notre monde, est-ce possible?

Même dans ce monde où la folie peut nous emporter en tout temps?

Malheureusement oui!

J’aurais aimé vous dire que le désespoir est la seule issue, mais je sais au fond de moi que cela n’est pas vrai, du moins pour moi.

Même si je palpe au quotidien cette réalité qui contient tant de beautés et parfois tant de cruautés, toute prise de conscience n’est pas inutile, voire illusoire. Par la pratique, j’ai expérimenté la frontière entre l’espoir et la déception profonde. J’ai vu de belles personnes disparaître et j’ai vu de belles naissances apparaître. Vivre pleinement relève de cette capacité d’être intégralement présent à ce qui traverse notre conscience. Le vrai défi est de préserver cette faculté de s’émerveiller malgré les expériences plus banales ou les plus répétitives. Un jour, une adepte du tantrisme m’a fait vivre la complémentarité des contraires, et depuis, je suis plus ouvert à la diversité, car je sais que tous les éléments de ce monde se complètent par leur interdépendance. Nous commençons à développer une conscience constructive lorsque nous acceptons totalement le fruit de nos pensées et de nos émotions, lorsque nous sommes sur ce seuil où se tient en équilibre cette conscience joyeuse, ouverte et résiliente au monde.

J’aurais aimé vous dire que l’espoir est la seule issue, mais je sais au fond de moi que cela n’est pas vrai, du moins pour moi.

Par-delà le désespoir, et l’espoir, il y a cette conscience unique de la vie.

Une chanson de Daniel Bélanger – Dans un spoutnik

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

Oser être soi   2 comments

Maroc Rendonnée

Résister à la facilité comme à la résignation, demeurer discret sinon secret, ce sont là de beaux titres de noblesse.

Il faut un courage constant, une passion tenue – comme on dit d’une note ou d’un pari – pour oser être soi, pour ne pas renier ses valeurs ni ses rêves.

Le besoin de reconnaissance apparaît bien comme le talon d’Achille de tout individu. Il explique que, pour se sentir compris ou acceptés, la plupart des hommes préfèrent renoncer à leur liberté, à leur singularité.

Le véritable solitaire ne cherche ni à plaire ni à être réconforté. Sa grande force vient de ce qu’il n’est point troublé par les agissements et les opinions du monde.

Quand on vit seul, on ne donne pas prise, on ne se situe plus par rapport au général, mais par rapport à l’absolu.

L’esprit de solitude, Jacqueline Kelen

Une chanson de Daran – Gens du voyage

Publié 20 juin 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Vivre, ce n’est pas seulement réussir   2 comments

Pas seul

Nos premières tentatives pour séduire une personne que nous désirons sont une période de grand apprentissage. Après l’avoir côtoyée, avoir partagée quelques moments, et, que nous sentons une certaine affinité, la réponse négative qu’elle offre ouvre une nouvelle porte en nous. C’est l’une des premières fois où nous constatons que nous ne ressentons pas tous la même chose, nous ne jugeons pas de la même façon, nous ne vivons pas de la même manière les événements et ce que nous supposons que l’autre pense est parfois faux.

Puis, cette vérité nous met sur la défensive et nous tentons dorénavant de mieux interpréter les autres. Lentement, la crainte s’installe, et nous avançons dans la vie par essais et erreurs, par attentes puis par projections courageuses dans l’action. La peur d’être jugé prend une plus grande importance et la critique devient une blessure au lieu d’une opportunité d’apprentissage. Il arrive alors qu’avant même que l’autre puisse envisager de nous rejeter, nous l’avons déjà fait nous-mêmes.

Comprendre ce mécanisme de notre esprit est une étape cruciale, car nous prenons conscience de l’effet de l’estime de soi sur notre vie. L’un des éveils à soi commence par accepter ce que nous sommes sans faux fuyant, apprécier l’autre malgré la critique, accepter la distance ou même le silence. Cesser de vouloir tout retenir, tout prendre pour tout simplement accueillir est une bonne façon de se redonner une capacité d’agir à partir de notre propre nature. Vivre, ce n’est pas seulement réussir.

Une chanson de ZAZ – Trop sensible

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Déserteur   Leave a comment

image-partir

À qui de droit,

Je vous présente ma lettre de désertion. Je quitte maintenant vos rangs pour sortir des sentiers battus et y jeter la clé de ce qui nous lie. Je compte m’éloigner pendant un certain temps.

Je deviens donc une personne sans appartenance religieuse, sans parti, sans cause et je suis prêt à en assumer les conséquences. Votre tribunal de la conformité saura bien me juger et même me condamner comme il se doit, mais vous le savez, je resterai malgré cela libre.

J’aurais aimé dire insoumis, mais je me soumets parfois et je me dois d’être honnête, je ne suis pas parfait, je vis mes contradictions, et je suis bien avec cette approbation.

Je ne veux plus suivre une cadence de certitudes, même lorsqu’elle est bien emballée sous un beau cachet de promotion sécurisante, je veux débattre.

Je ne veux plus m’abriter sous les dogmes de la pensée, j’ai le cerveau qui a besoin de se nourrir de diversité, d’étrangeté et de découverte.

Je ne veux plus détenir une vérité qui repose sur la science-fiction du scénario reposant sur le thème dominant-dominé. J’ai besoin de ne plus acter, de ne plus détenir un rôle mais d’être évolutif dans ce que je pense, ce que je dis, ce que je fais.

En fait, je deviens déserteur mais non errant.

Je deviens déserteur mais non reclus.

Je deviens déserteur comme un guerrier qui décide de devenir pacifique, comme un chanteur qui décide de laisser le show business pour aller chanter avec des amis.

Je ne suis pas triste.

Je ne suis pas enragé, j’ai juste le goût de vivre ma singularité sans appartenance à une étiquette dont la marque ne m’est pas équitable.

Et je vous souhaite d’être des plus heureux où que vous soyez.

Une chanson de Daniel Bélanger – Il y a tant à faire

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Christiane Singer par-delà les dogmes   Leave a comment

Une autre entrevue avec Christaine Singer, peu d’années avant son décès, qui livre une femme qui nous souhaite de nous accueillir comme humain et de s’accepter.

Très touchant. Quelle grande dame.  Elle démontre, avec simplicité l’actualisation de l’égalité des genres au plan du développement de la spiritualité.  Aujourd’hui. nier la contribution des femmes à l’avancement de notre humanité est une grande ignorance de la réalité tangible.

 

Ex centris cité   Leave a comment

ImAGE Joie

Cela fait un petit bout de temps que j’ai décidé de prendre personnellement ma vie et de ne pas trop laisser la cité me centrer dans ses modèles prédéterminés. Suis-je dans les mirages de l’excentricité?

J’en fais une affaire personnelle ce besoin de me développer, mais aussi cette nécessité d’accepter ma singularité, mon originalité, et du fait même mes défauts aux yeux des autres. Je ris de choses que d’autres prennent au sérieux, et puis après!

J’en fais une affaire personnelle le fait d’habiter un lieu singulier dans le temps-espace qui m’est propre et j’accepte le chemin que je parcours. J’essaie de ne pas trop reculer devant mes responsabilités et je partage cette conscience de mes limites par ces écrits.

J’accepte et je fais de mon histoire et de ma personnalité une affaire personnelle, elle me colle à la peau et je suis à l’aise d’y projeter ma vie et d’en découvrir l’originalité. Aujourd’hui, j’ai réussi à intégrer certains traumas dans ma façon de rire au quotidien et de laisser la joie penser (et non panser) mes blessures.

Quand notre excentricité nous dérange moins, c’est que nous avons fait de l’acceptation de soi une affaire plus personnelle. Nos rires spontanés, nos gestes rituels, nos mots d’humour sont des manifestations de jeux de lumière en nous.

Il est bon de faire de notre vie une histoire personnelle où les attentes des autres sont des indications et non des obligations, et de ne pas se laisser inhiber par celles-ci.

Je sais, je peux paraître parfois bête, bizarre ou trop sérieux, mais dites-vous que je le prends général sur toute ma vie. Et, vous le savez bien, ce qui est général ne se rapporte pas au singulier. Alors, personnellement, cela me va. Comment a été votre éveil ce matin?

Une chanson du Cirque du Soleil – Alegria

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

Être moins que soi?   Leave a comment

ImAGE Arbre humain

Vouloir être une personne attendue de notre société, c’est avant tout accepter de faire ce qu’il faut, mettre toute l’énergie à répondre aux standards, mettre toute l’énergie pour se dépasser.

Mais, c’est aussi, et surtout, avoir de la difficulté à accepter que parfois nous ne savons pas tout, nous ne pouvons pas tout faire et tout réaliser.

Nous avons de la difficulté à accepter quand tout s’arrête et encore plus qu’il fasse mourir. Parfois malheureusement, même si nous voulons pleinement, nous ne pouvons pas.

Il y a un peu de tout cela dans l’attente d’être la personne attendu.  Il y a toute cette pression cachée dans le non-dit et l’exercice de la performance à tout prix.

Les tentations tapent à l’œil et les folles attentes nous empêchent d’accepter l’évidence, nous ne devrions pas être moins que soi.

Alors, si un jour vous vous rendez compte que vous ne voulez plus, il est toujours possible de changer. Il n’est jamais trop tard pour s’accepter dans notre besoin de devenir, de s’accepter dans notre besoin de faire et réaliser notre part de soi, de s’accepter dans la peine des départs et de cheminer avec l’idée de la mort, et surtout, s’accepter à l’intérieur de nos capacités.

Regardez autour de vous, prenez le temps d’observer, je suis certain que vous allez découvrir de belles personnes qui ont du courage, de l’humilité et un cœur grand comme l’acceptation.  Ces personnes sont loin des projecteurs, ils sont dans l’ombre et apportent une contribution significative, et tellement importante, car ils apportent leur vraie nature, leur singularité à notre monde pluriel. Ce ne sont pas des modèles de personnes attendus de notre société. Ce sont les visages humains de la vie qui lentement et avec un soupçon de subversion, humanisent notre espace collectif.

Une chanson de Jim Corcoran – J’vais changer le monde

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 13 avril 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :