Voyageuses, à travers les pays d’humains

voyage

 

Quelques propos tirés du livre Voyageuses, partir avec … Clara Arnaud, Anne Brunswic, Yanna Byls, Aude Créquy, Karen Guillorel, Evelyne Jousset, Gaëlle de La Brosse, Sylvie Lasserre, Alice Plane, Caroline Riegel, Aude Seigne et Ingrid Thobois.  Pour renouer avec l’énergie du voyage à travers les pays d’humains.

« Je sentais la crasse sur mon corps comme si mille douches n’avaient pas suffit à me laver de cette histoire. Et tard, au cœur des nuits d’angoisse, je sentais mes jambes fourmiller des kilomètres non parcourus. (…) Une fois que les mots ont bu toute la sève du vécu, que l’on se retrouve exsangue au port d’attache, il ne reste plus qu’à repartir » – Clara Arnaud.

« Il y a eu cette phrase brutale, un matin, assise sur le pont où je venais de dormir, cette conscience qu’on pouvait vivre autrement, puis insidieusement, en trois semaines, la vie s’infiltrait partout (…) Le voyage rappelle à nous un instinct qui favorise l’intuition (…) Je ne crois pas au mythe du voyageur-né, qui n’est pas fait pour s’enraciner, qui pousse mieux ailleurs. Car ailleurs, même en mouvement, devient un jour ici » – Aude Seigne

« La seule chose qui différencie la voyageuse du voyageur, c’est le regard que lui porte la société dont il vient. Pour ma part, c’est précisément le voyage qui m’a donnée le goût d’être une fille. Parce que le voyageur n’a pas de genre, parce qu’il est un éphémère à la surface de ce monde, j’ai eu envie de féminité, de tenues ajustées et de maquillage léger » – Alice Plane

« Partir c’est un peu comme prendre son coeur par la main, et lui présenter un monde que l’on apprend à saluer de l’autre main » – Caroline Riegel

« Ce qui ne changera pas c’est cette sensation de liberté intense qui nous prend à chaque fois qu’il s’agit de s’intéresser à un autre que soi » – Evelyne Jousset

« Peu importe la destination, il y en a une qui saura provoquer ce sentiment imprévisible au creux du ventre, comme quand vous tombez amoureuse » – Aude Créquy

« Il devient alors vital de construire quelque chose de terriblement personnel, comme une conspiration des hasards où les sens et les talents sont en jeu, et où l’on est pleinement habité par la réalisation suprême de son âme. Comme un karma qui arrive à maturité, il n’existait alors d’autres chemin, et celui qui s’ouvrait devant moi comme un parterre de pétales de fleurs, paraissait fortement protégé et peuplé de guides » – Yanna Blys

Une chanson Salome Leclerc – Le vent nous portera

 

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s