L’antidote contre le venin de la vieillesse: lire   Leave a comment

image-livres

Antonio José Bolivar dormait peu. Jamais plus de cinq heures par nuit et de deux heures de sieste. Le reste du temps, il le consacrait à lire des romans, à divaguer sur les mystères de l’amour et à imaginer les lieux où se passaient ces histoires.

*

Il possédait le seul antidote contre le venin de la vieillesse, il savait lire.

*

– De quoi ça parle?

– De l’amour.

A cette réponse du vieux, il se rapprocha, très intéressé.

– Sans blague? Avec des bonnes femmes riches, chaudes et tout?

Le vieux ferma le livre d’un coup sec qui fit trembler la flamme de la lampe.

– Non. Ca parle de l’autre amour, celui qui fait souffrir.

*

C’était l’amour pur, sans autre finalité que l’amour pour l’amour. Sans possession et sans jalousie.

– Nul ne peut s’emparer de la foudre dans le ciel, et nul ne peut s’approprier le bonheur de l’autre au moment de l’abandon

*

Il avait souvent entendu dire que la vieillesse apporte la sagesse, et il avait attendu avec confiance cette vertu qui devait lui donner ce qu’il désirait le plus : le pouvoir de maîtriser le fil de ses souvenirs et de ne pas tomber dans les pièges que lui tendait parfois sa mémoire.

*

Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepúlveda

Une chanson avec Peter Gabriel – The Book of Love

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/270392.html

Publié 18 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :