Jour 8

Mon maître

Lorsque je croise des personnes inconnues sur ma route, je regarde les yeux et c’est fou tout ce que nous pouvons apprendre. Des êtres qui sont le retour à soi dans notre représentation du monde. Ainsi, au fil des croisements, j’ai compris que toutes les lésions et les cicatrices ne sont pas visibles à l’œil nu. J’ai aussi appris que certaines blessures prennent beaucoup de temps à guérir et que certaines d’entre elles ne guérissent pas. De même, tout comme moi, j’ai saisi que toutes les maladies ne sont pas apparentes. Et, que ce ne sont pas toutes les souffrances qui sont partagées avec l’entourage!

Lorsque je croise des personnes inconnues sur ma route, j’essaie de m’en souvenir et de ne pas juger, afin d’avoir cette conscience par le cœur et non l’inconscience par le regard. Et, j’espère que l’autre qui me regarde passer ait la même attention bienveillante envers moi.

Une chanson de Louis Chedid  né à Ismaïlia en Égypte. – On ne dit jamais assez aux gens qu’on aime qu’on les aime

Les paroles sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Louis_Chedid-On_Ne_Dit_Jamais_Assez_Aux_Gens_Quon_Aime_Quon_Les_Aime-lyrics,p173437

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s