Le vide quantique

logo2

Il existe en physique un concept nouveau qui a fait la preuve de sa richesse opératoire : celui de vide quantique. Précisons tout de suite que le vide absolu, caractérisé par une absence totale de matière et d’énergie, n’existe pas : même le vide qui sépare les galaxies n’est pas totalement vide : il contient quelques atomes isolés et divers types de rayonnements. Qu’il soit naturel où artificiellement créé, le vide à l’état pur est une abstraction : dans la réalité, on ne parviendra pas à éliminer un champs électromagnétique résiduel qui fait le « fond » du vide.

*

Le vide quantique est donc le théâtre d’un incessant ballet de particules, celles-ci apparaissant et disparaissant dans un temps extrêmement bref, inconcevable à l’échelle humaine.

*

Revenons à votre clef. La première chose dont nous sommes désormais certains, c’est que cette clé est faite de vide. Un exemple va nous permettre de mieux comprendre que l’univers entier est essentiellement composé de vide. Imaginons que notre clé grandisse, jusqu’à atteindre la taille de la Terre. A cette échelle, les atomes qui composent la clé géante auraient à peine la taille de cerises.

Mais voici quelque chose d’encore plus étonnant. Supposons que nous prenions dans la main l’un de ces atomes de la taille d’une cerise. Nous aurions beau l’examiner, même à l’aide d’un microscope, il nous serait absolument impossible d’observer le noyau, bien trop petit à une telle échelle. En fait, pour voir quelque chose, il va falloir à nouveau changer d’échelle. La cerise représentant un atome va donc grandir à nouveau pour devenir un énorme globe haut de deux cents mètres. Malgré cette taille impressionnante, le noyau de notre atome ne sera pourtant pas plus gros qu’un minuscule grain de poussière. C’est cela, le vide de l’atome.

*

C’est pourquoi, si tous les atomes qui composent mon corps devaient se rassembler jusqu’à se toucher, vous ne me verriez plus. D’ailleurs, personne ne pourrait plus jamais m’observer à l’œil nu : j’aurais la taille d’une infime poussière de quelques millièmes de millimètre à peine.

*

Au fond, rien de ce que nous pouvons percevoir n’est vraiment « réel », au sens que nous donnons habituellement à ce mot. D’une certaine manière, nous sommes plongés au cœur d’une illusion, qui déploie autour de nous un cortège d’apparences, de leurres que nous identifions à la réalité. Tout ce que nous croyons sur l’espace et sur le temps, tout ce que nous imaginons à propos de la localité des objets et de la causalité des événements, ce que nous pouvons penser du caractère séparable des choses existant dans l’univers, tout cela n’est qu’une immense et perpétuelle hallucination qui recouvre la réalité d’un voile opaque.

Jean Guitton, Igor et Grichka Bogdanoff dans Dieu et la science

Une pièce musicale de Peter Gabriel – The Nest That Sailed The Sky

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s