Quête d’amour

Claude Théberge

Vous vous demandez peut-être : « Cette voix dans ma tête, n’est-ce pas moi-même ? N’est-ce pas MOI qui pense mes pensées ? » Vous pouvez y répondre par vous-même. Si cette voix est vous, ALORS QUI L’ÉCOUTE ?

*

Je ne crée pas mes pensées ; ce sont elles qui me créent – jusqu’à ce que je les mette en doute.

*

Devenez conscient de la fréquence de vos conversations centrées sur le passé ou le futur. Soyez conscient des verbes que vous utilisé : était, faisait, fera, va faire etc. Parler du passé dans le présent, c’est le ré-éveiller et le recréer complètement dans le présent, pas seulement dans nos esprits, ce qui nous éloigne à ce que le présent représente pour nous en ce moment.

Parler du futur, c’est créer et vivre avec un fantasme. Si vous voulez faire l’expérience de la peur, pensez au futur. Si vous voulez faire l’expérience de la honte et de la culpabilité, pensez au passé.

*

Il existe trois sortes d’affaires dans l’univers : les miennes, les vôtres et celles de Dieu. – De quelles affaires s’agit-il lorsqu’un tremblement de terre se produit ? Celles de Dieu. – De quelles affaires s’agit-il si le voisin d’en bas de la rue a une vilaine pelouse? Celles de votre voisin. – De quelles affaires s’agit-il si vous êtes en colère contre votre voisin d’en bas de la rue parce qu’il a une vilaine pelouse ? Vos affaires. La vie est simple, c’est à l’intérieur.

*

Pratique l’écoute des autres au sens le plus littéral, en croyant exactement ce qu’ils disent et fais le mieux possible pour résister à l’envie de tomber dans tes propres interprétations de l’information qu’ils partagent avec toi.

Nos interprétations sur ce que nous entendons dire de nous par les autres sont souvent de loin plus douloureuses ou effrayantes que ce que les autres disent réellement. Nous pouvons nous blesser par nos idées fausses et notre habitude à penser à la place des autres.

(Par exemple, quelqu’un peut te faire des compliments sur ta beauté, et tu l’interprètes comme une insinuation que cette personne a des motifs inavoués.)

Essaie de croire que ce que les autres disent est exactement ce qu’ils veulent dire : ni plus, ni moins.

Écoute-les jusqu’au bout.

Rattrape-toi lorsque tu désires achever une phrase pour quelqu’un, soit à haute voix soit dans ton esprit.

Écoute.

Byron Katie et Michael Katz dans J’ai besoin que tu m’aimes : est-ce vrai ? Ne plus chercher l’amour, mais le trouver…

Une pièce musicale de Bryan Adams – When You Love Someone

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/248925.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s