Oracle 58 Touei

Yi king

Touei est, comme Souen, l’un des huit hexagrammes doubles. Touei représente la plus jeune fille; son image est le lac souriant, sa propriété, la joie. La joie ne repose pas, comme on pourrait le croire, sur la malléabilité qui se manifeste dans le trait supérieur. En effet, la propriété du principe malléable, c’est-à-dire obscur, n’est pas la joie, mais la mélancolie.

La joie repose bien plutôt sur la présence, à l’intérieur, de deux traits forts qui s’extériorisent par l’intermédiaire du trait faible.

La vraie joie provient donc de la fermeté et de la force qui se trouvent à l’intérieur et qui s’extériorisent sous une forme tendre et douce.

Le jugement

Le joyeux. Succès. La persévérance est avantageuse.

L’humeur joyeuse est communicative, c’est pourquoi elle entraîne le succès. Mais la joie a besoin d’être fondée sur la fermeté pour ne pas dégénérer en gaîté incontrôlée. La vérité et la force doivent habiter le cœur, tandis qu’au-dehors la douceur se manifeste dans les rapports avec les autres. On adopte de la sorte l’attitude correcte envers Dieu et envers les hommes, et l’on parvient à un résultat.

Dans certaines circonstances, on obtient des effets momentanés par la simple intimidation exempte de douceur, mais cela ne dure pas. Si au contraire on gagne les cœurs des hommes en se montrant affable, on fait qu’ils acceptent de bon cœur les choses pénibles et qu’ils ne s’effraient pas devant la mort elle-même. Si grand est le pouvoir de la joie sur les humains !

L’image

Des lacs qui reposent l’un sur l’autre : image du joyeux.

Ainsi l’homme noble s’unit à ses amis pour conférer et pour s’exercer.

Un lac s’évapore dans l’air et, par là, s’épuise peu à peu.

Mais si deux lacs sont reliés l’un à l’autre, ils ne s’épuisent pas aussi facilement, car ils s’enrichissent mutuellement Il en est de même dans le domaine de la science.

Le savoir doit être une puissance rafraîchissante et vivifiante. Elle ne peut l’être que dans un commerce amical avec des amis pareillement disposés avec lesquels on confère et l’on s’exerce en appliquant les vérités vitales.

Ainsi le savoir acquiert un aspect varié et une légèreté joyeuse, tandis que la science de l’autodidacte a toujours quelque chose d’unilatéral et de pesant.

Richard Wilhelm dans Yi king : Le Livre des transformations

Une pièce musicale de Jean-Pierre Labrèche – Yi-King

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s