Thich Nhat Hanh méditation

Asseyez-vous seul dans une pièce sombre, ou seul au bord d’une rivière la nuit, ou n’importe où ailleurs où règne la solitude.

Commencez à prendre conscience de votre respiration.

Faites naître la pensée : « Je vais utiliser mon doigt pour me désigner », puis au lieu de pointer votre corps, pointez-le dans la direction opposée.

Imaginez que vous vous voyez en dehors de votre forme corporelle.

Contemplez votre forme corporelle présente devant vous dans les arbres, l’herbe et les feuilles, la rivière. Soyez conscient que vous êtes dans l’univers et que l’univers est en vous : si l’univers est, vous êtes ; si vous êtes, l’univers est.

Il n’y a pas de naissance. Il n’y a pas de mort. Il n’y a pas d’arrivée. Il n’y a pas de départ.

Maintenez ce demi-sourire. Prenez conscience de votre respiration.

Contemplez pendant 10 à 20 minutes.

Thich Nhat Hanh dans Le Miracle de la pleine conscience – Manuel pratique de méditation

Une pièce musicale Chanting as a River – Monastic Chant from Thich Nhat Hanh’s Plum Village

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s