Longchenpa

Il y a une façon extraordinaire de remédier aux défauts de la méditation : reconnaître notre conscience…

Quand on a un problème, il faut chercher où est ce problème, et qui il gène.

Quand on ne trouve rien,

on reste dans un état de lucidité et de fraîcheur,

une conscience spacieuse et nue.

Tous les problèmes s’évanouissent

dans la clarté de la conscience….

Car tout ce qui se manifeste, tout ce qui arrive,

tout défaut comme toute qualité,

sont le déploiement de la conscience,

rien d’autre.

Quand on se sent bien,

c’est une manifestation de la conscience.

Quand on se sent mal,

c’est une manifestation de la conscience.

Quand on est malade,

c’est la conscience.

Quand on est joyeux,

c’est la conscience.

EN dehors de la conscience,

il n’y a rien du tout.

Si l’on peut comprendre ce point crucial,

on sera vraiment heureux.

C’est comme ça que j’ai moi-même

éliminé tous les problèmes,

et je suis vraiment heureux ! »

Longchenpa

Une pièce musicale de Tenzin Choegyal & Taro Terahara – « Tayata-Heart Sutra »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s