Ce qu’il reste de nous

Il est toujours fascinant de croiser une personne de notre passé qui se souvient de nous comme nous étions quand nous nous sommes connus. Cela nous renvoie une image qui n’a pas connu la suite des choses, les différentes expériences qui nous ont marquées depuis, et l’évolution de notre façon de voir les choses. Clairement, cela nous démontre que nous sommes tous les deux confrontés à un décalage. Après un bref échange, nous ne pouvons que constater que nous ne sommes plus les mêmes que quand ils nous ont connus.

Ce genre d’expérience nous rappelle que ce n’est pas le temps qui avance qui est déterminant, c’est nous qui sommes en perpétuels changements.

Parfois, ces changements sont imperceptibles, mais nous savons que nous avons parcouru une longue distance quand nous regardons en arrière. Nous oublions souvent le pouvoir de transformation qu’apporte l’approche de nombreux petits pas.

À l’image du marcheur sur le chemin, les arbres, les champs, les maisons et les personnes que nous rencontrons, nous avançons et nous faisons de nouvelles rencontres. Il est normal que tout ce que nous quittions se souvienne encore de la dernière version de nous.

Cette prise de conscience nous rappelle que c’est aussi vrai dans notre vie quotidienne. Nos proches intègrent nos changements perpétuels et ils pensent que nous sommes le même que le mois dernier, le même que l’année dernière. Il en est de même pour nous au regard d’eux. Beaucoup de conflits familiaux trouvent leurs origines dans l’incapacité de percevoir les changements vécus.

C’est ce qui rend la rencontre de nouvelles personnes exaltantes, c’est de découvrir un visage nouveau, un monde différent. D’une certaine façon, on pourrait dire que la nouveauté ce n’est pas la personne, mais notre ouverture à voir la nouveauté. Cela nous renvoie au fait que nous vivons une relation à partir de ce que nous croyons être vrais des autres.

Autant avec les gens de notre passé qu’avec les proches que nous côtoyons au quotidien, ce qui peut faire la différence, c’est de regarder l’autre non pas à partir de ce que l’on croit, mais à partir de ce qu’elle est. À partir de ce qu’elle est devenue.

Une chanson de Luce Dufault et Richard Séguin – Ce qu’il reste de nous

Les paroles sur https://genius.com/Luce-dufault-ce-quil-reste-de-nous-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2023 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s