Le handicap

Merci à l’équipe de Et tout le monde s’en fout d’aborder avec intelligence et simplicité la perception des personnes vivant avec une différence.

Une série créée par Fabrice de Boni et Axel Lattuada

Écrite par Fabrice de Boni, Marc de Boni et Axel Lattuada

Produite par Mia Productions / Christophe Baudouin

Réalisée par Fabrice de Boni

Interprétée par Axel Lattuada, Solveig Anrep et Julien Joerger

Et tout le monde s’en fout # 34 – Le handicap

Je rêve

Un film d’à peine 3 minutes illustrant la révélation des rêves par des visages défilant sur un fond noir.

Filmé dans un style épuré, laissant toute sa place à la parole des jeunes, chaque adolescent exprime le sien. « Les rêves ont été au préalablement listés et les rêveurs ont choisi celui qui leur correspondait le mieux.

Les Chroniqu’arts – La Main Bleue

Dans le cadre de Mondokarnaval 2017, l’équipe des Chroniqu’arts rencontre Myriam de Palma fondatrice de la Main Bleue qui présente une exposition sensorielle adaptée aux personnes handicapées et ouverte à tous. Une belle initiative qu’est la Main Bleue à Québec, un des joyaux peu connus.

Les Chroniqu’arts – La Main Bleue

Le philosophe nu

Alexandre-Jollien-Sans-la-meditation-je-ne-serais-peut-etre-plus-la_imagePanoramique647_286

Nous sommes plus de six milliards d’êtres humains sur cette terre et la personne la plus importante au monde, c’est moi ! Je n’ai jamais été fort en calcul mais là, l’erreur est tout de même grossière.

*

Aimer l’autre tel qu’il est, c’est se dégager des fantasmes et des désirs. Me plaît cette histoire presque drôle : longtemps, j’ai cherché la femme idéale, je l’ai enfin trouvé. Seul problème : elle aussi recherchait l’homme idéal !

*

Je me méfie des hiérarchies dans la souffrance. Tout tourment est de trop pour celui qui le subit.

*

Accepter que nous ne guérirons peut-être jamais de nos carences ni de nos plaies, assumer que les coups du passé peuvent hanter une âme pour nous ouvrir aux dons du jour et, pourquoi pas, les partager. Voilà à peu près tout ce que nous pouvons faire !

*

Il faut avoir un chaos en soi pour mettre au monde une étoile dansante….

*

Je crains de passer pour un fataliste, pour un être finalement résigné. Pourtant, je suis convaincu que c’est en assumant totalement le réel que je combats plus activement la souffrance.

*

J’ai longtemps cru que l’équation, handicapé = malheureux, est une loi incontestable.

Alexandre Jollien dans Le philosophe nu

Une pièce musicale d’Andreas Vollenweider – Caverna Magica

Vieillir en pleine conscience

DSCF02701

Hormis le handicap physique, rien n’est plus angoissant que la perspective de la sénilité. C’était en tout cas ce que je redoutais le plus avant mon attaque. Pourtant quand nous entrons dans la dimension spirituelle de la conscience, nous constatons qu’elle est infiniment plus vaste que le mental et qu’elle demeurera omniprésente. Il importe peu alors d’avoir toute sa tête.

*

Puis quand la pratique méditative vous aura permis d’acquérir un peu de tranquillité, vous pourrez partir à la rencontre de vos démons intérieurs et réaliser qu’ils ne sont que pures inventions.

*

Dans une culture aussi peu traditionnelle que la nôtre et, de surcroît, dominée par la technique, on porte beaucoup plus d’intérêt aux informations qu’à la sagesse. Pourtant leur rôle est bien distinct. Les premières impliquent l’acquisition, l’organisation et la diffusion de faits. La sagesse, pour sa part, met en jeu une fonction tout aussi cruciale : le déconditionnement et la pacification du mental, l’intervention du cœur et l’alchimie de la raison et des sentiments. En Occident la sagesse se fait rare.

*

Nous pouvons choisir de vieillir comme nous l’entendons. Nous pouvons faire de nos transformations des richesses tant pour les autres que pour nous-mêmes. Pour cela, il faut prendre le temps de connaître le fonctionnement du mental et de découvrir comment il détermine la qualité de notre existence.

*

Souvent, j’ai dû remettre mes pendules à l’heure afin de me remémorer que je ne suis ni ce corps paralysé, ni cette attaque, même si elle a radicalement modifié ma vie et menace parfois de dominer ma conscience. De la même façon, un mourant ne se réduit pas au corps que vous voyez sur le lit. Rappelons-le leur et rappelons-nous-en quand notre heure viendra. Nous contribuerons ainsi à ce que diminue la souffrance. En nous intéressant aux autres facettes de l’identité d’un mourant, notamment à son existence en tant qu’âme, nous évitons cette identification à la maladie lorsque les circonstances de la vie nous poussent dans ce sens.

*

Je vous souhaite à tous de vieillir avec ce sentiment qui habitait mon père, ce sentiment de libération, d’accomplissement et de contentement.

Ram Dass, dans Vieillir en pleine conscience

Richard Alpert, Ram Dass, a été atteint d’un accident vasculaire cérébral en 1997. Il en est resté sévèrement handicapé. Il avait commencé à écrire ce livre avant son accident et il a été terminé par la suite.

Une chanson de Leonard Cohen – Traveling Light

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/1194286-leonard-cohen-traveling-light.html