Archives du tag ‘handicap

Les Chroniqu’arts – La Main Bleue   Leave a comment

Dans le cadre de Mondokarnaval 2017, l’équipe des Chroniqu’arts rencontre Myriam de Palma fondatrice de la Main Bleue qui présente une exposition sensorielle adaptée aux personnes handicapées et ouverte à tous. Une belle initiative qu’est la Main Bleue à Québec, un des joyaux peu connus.

Les Chroniqu’arts – La Main Bleue

Publié 16 juin 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , ,

Pas à Pas   2 comments

Un film très beau au plan visuel qui nous fait découvrir la réalité de ce que peux vivre une personne avec la cécité.
Un aveugle englué dans le quotidien de sa vie en ville doit apprendre à s’ouvrir vers l’inconnu pour gagner de l’assurance.

Publié 13 juin 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Le philosophe nu   Leave a comment

Alexandre-Jollien-Sans-la-meditation-je-ne-serais-peut-etre-plus-la_imagePanoramique647_286

Nous sommes plus de six milliards d’êtres humains sur cette terre et la personne la plus importante au monde, c’est moi ! Je n’ai jamais été fort en calcul mais là, l’erreur est tout de même grossière.

*

Aimer l’autre tel qu’il est, c’est se dégager des fantasmes et des désirs. Me plaît cette histoire presque drôle : longtemps, j’ai cherché la femme idéale, je l’ai enfin trouvé. Seul problème : elle aussi recherchait l’homme idéal !

*

Je me méfie des hiérarchies dans la souffrance. Tout tourment est de trop pour celui qui le subit.

*

Accepter que nous ne guérirons peut-être jamais de nos carences ni de nos plaies, assumer que les coups du passé peuvent hanter une âme pour nous ouvrir aux dons du jour et, pourquoi pas, les partager. Voilà à peu près tout ce que nous pouvons faire !

*

Il faut avoir un chaos en soi pour mettre au monde une étoile dansante….

*

Je crains de passer pour un fataliste, pour un être finalement résigné. Pourtant, je suis convaincu que c’est en assumant totalement le réel que je combats plus activement la souffrance.

*

J’ai longtemps cru que l’équation, handicapé = malheureux, est une loi incontestable.

Alexandre Jollien dans Le philosophe nu

Une pièce musicale d’Andreas Vollenweider – Caverna Magica

Publié 2 juin 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : ,

Vieillir en pleine conscience   2 comments

DSCF02701

Hormis le handicap physique, rien n’est plus angoissant que la perspective de la sénilité. C’était en tout cas ce que je redoutais le plus avant mon attaque. Pourtant quand nous entrons dans la dimension spirituelle de la conscience, nous constatons qu’elle est infiniment plus vaste que le mental et qu’elle demeurera omniprésente. Il importe peu alors d’avoir toute sa tête.

*

Puis quand la pratique méditative vous aura permis d’acquérir un peu de tranquillité, vous pourrez partir à la rencontre de vos démons intérieurs et réaliser qu’ils ne sont que pures inventions.

*

Dans une culture aussi peu traditionnelle que la nôtre et, de surcroît, dominée par la technique, on porte beaucoup plus d’intérêt aux informations qu’à la sagesse. Pourtant leur rôle est bien distinct. Les premières impliquent l’acquisition, l’organisation et la diffusion de faits. La sagesse, pour sa part, met en jeu une fonction tout aussi cruciale : le déconditionnement et la pacification du mental, l’intervention du cœur et l’alchimie de la raison et des sentiments. En Occident la sagesse se fait rare.

*

Nous pouvons choisir de vieillir comme nous l’entendons. Nous pouvons faire de nos transformations des richesses tant pour les autres que pour nous-mêmes. Pour cela, il faut prendre le temps de connaître le fonctionnement du mental et de découvrir comment il détermine la qualité de notre existence.

*

Souvent, j’ai dû remettre mes pendules à l’heure afin de me remémorer que je ne suis ni ce corps paralysé, ni cette attaque, même si elle a radicalement modifié ma vie et menace parfois de dominer ma conscience. De la même façon, un mourant ne se réduit pas au corps que vous voyez sur le lit. Rappelons-le leur et rappelons-nous-en quand notre heure viendra. Nous contribuerons ainsi à ce que diminue la souffrance. En nous intéressant aux autres facettes de l’identité d’un mourant, notamment à son existence en tant qu’âme, nous évitons cette identification à la maladie lorsque les circonstances de la vie nous poussent dans ce sens.

*

Je vous souhaite à tous de vieillir avec ce sentiment qui habitait mon père, ce sentiment de libération, d’accomplissement et de contentement.

Ram Dass, dans Vieillir en pleine conscience

Richard Alpert, Ram Dass, a été atteint d’un accident vasculaire cérébral en 1997. Il en est resté sévèrement handicapé. Il avait commencé à écrire ce livre avant son accident et il a été terminé par la suite.

Une chanson de Leonard Cohen – Traveling Light

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/1194286-leonard-cohen-traveling-light.html

Publié 5 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Alexandre Jollien, des limitations assumées   2 comments

Alexandre-Jollien-Sans-la-meditation-je-ne-serais-peut-etre-plus-la_imagePanoramique647_286

Je me méfie des hiérarchies dans la souffrance. Tout tourment est de trop pour celui qui le subit.

*

Très vite, j’eus l’intuition qu’en fuyant le handicap, on s’isole. Il est là, il faut l’accueillir comme un cinquième membre, composer avec lui. Pour ce faire, la connaissance de ses faiblesses me semble primordiale.

*

On guérit millimètre par millimètre..

*

La vie n’est jamais loupée. La vie n’est pas à réussir. Ce n’est pas un objectif. Vivre est à soi sa propre fin.

*

Nous sommes plus de six milliards d’êtres humains sur cette terre et la personne la plus importante au monde, c’est moi ! Je n’ai jamais été fort en calcul mais là, l’erreur est tout de même grossière.

*

J’ai longtemps cru que l’équation, handicapé = malheureux, est une loi incontestable.

*

L’individu faible ne représente pas nécessairement un poids pour l’autre. Chacun dispose librement de sa faiblesse, libre à lui d’en user judicieusement.

*

Deviens ce que tu es.

*

Une loi accablante pèse sur nos épaules : plus on a d’objectifs dans la journée, plus on est bouffé par le stress.

*

Reprenant à mon compte la définition faite par les philosophes grecs de la sagesse, j’ai longtemps cru que celle-ci était l’ataraxie, c’est-à-dire l’absence de troubles, la tranquillité de l’âme.

Aujourd’hui, j’ai compris que la sagesse consiste à vivre avec ses passions sans que celles-ci ne nous rendent esclaves, à tenter de trouver une joie inconditionnelle qui ne se laisse pas altérer par les petits tracas du quotidien. Cette attitude nous permet de cheminer vers la liberté. Car il est impossible d’éradiquer les passions, et je dirais même que ce n’est pas souhaitable. En nous évertuant à les terrasser, nous tuons la vie.

*

Je dis simplement qu’il faut tout mettre en oeuvre pour parvenir à tirer profit, même de la situation la plus destructrice. J’insiste sur les épreuves parce que celles-ci restent inévitables. Rien ne sert de discourir, d’épiloguer des heures durant sur la souffrance. Il faut trouver des moyens pour l’éliminer et, si on ne le peut pas, l’accepter, lui donner sens.

*

Il faut avoir un chaos en soi pour mettre au monde une étoile dansante….

Alexandre Jollien

 

Une chanson de Katie Melua – Wonderful Life

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/1123222-katie-melua-wonderful-life.html

 

Publié 6 janvier 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Se rendre accessible   Leave a comment

hand_actu

Plus jeunes, nous abordons tous les autres enfants de la même façon, les différentes sont au plus amusantes.

Une amie m’a déjà dit qu’à l’enfance elle n’avait jamais ressenti son handicap face aux autres. Que l’on soit malade ou que nous ayons des difficultés, cela semble naturel. Tout doucement, avec l’âge, apparait la différence qui peut se transformer en un obstacle. Puis on accepte.

Le mot handicap semble trouver son origine de l’expression anglaise hand in cap, soit la main dans le chapeau. Une référence à l’entraide et au soutien mutuel. Pour moi c’est plutôt une personne ayant une déficience entraînant une incapacité significative et persistante et qui est sujette à rencontrer des obstacles dans l’accomplissement d’activités courantes. (Source OPHQ)

Cela fait longtemps que je côtoie les personnes handicapées dans mon travail, dans mes loisirs, dans mes activités régulières. Elles sont d’un grand enseignement. Elles m’ont permis une prise de conscience de mon incapacité à sortir des standards établis et, de découvrir ce qu’est une personne par delà l’image qu’elle projette.

Depuis, je crois avoir acquis une meilleure connaissance de moi-même et de ma capacité de voir autrement. Chaque personne est originale et porteuse de mille facettes permettant de découvrir ce qu’est la capacité d’adaptation, la résilience, la persévérance et l’amour de l‘autre.

Aujourd’hui, j’aimerais juste exprimer que poser des gestes inclusifs dans notre quotidien afin de rendre nos espaces collectifs plus accessibles est d’une grande importance pour nous tous, et pas seulement pour les personnes handicapées.

Nous avons en commun l’amour de la vie, le partage, l’entraide, et cette capacité différente et si importante de contribuer au développement durable de notre humanité.

Une chanson de Grand corps malade : 6ème sens

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Exposition éducative, innovante et ludique   Leave a comment

Je me permets de faire la promotion d’une belle initiative, une exposition éducative, innovante et ludique qui a pour but de solliciter les différents sens du spectateur afin de pallier aux limitations sensorielles ou intellectuelles du public ciblé.

Elle offre une ouverture à la culture de façon différente.

Elle permet également au public d’utiliser ses cinq sens afin d’aborder l’artisanat et des œuvres contemporaines autrement que par l’unique plan visuel.

Cette expérience immersive permet aux visiteurs de se plonger dans un univers multisensoriel pour lui faciliter l’accès au plaisir et à la compréhension des oeuvres d’art.

Grâce à la table de découverte multisensorielle, les visiteurs peuvent découvrir, explorer et apprécier l’artisanat d’une manière différente et accessible malgré le handicap.

Visite animée et adaptée d’une exposition d’art et d’artisanat autour du filage et du tissage pour un public avec une déficience sensorielle ou intellectuelle – MondoKarnaval 2017. Sur réservation et gratuites.

L’exposition pour le visiteur vivant avec des limitations:

La première partie proposera une description de l’histoire du filage et du tissage d’ici – des autochtones aux premiers immigrants – et d’ailleurs de par le monde jusqu’au renouveau de cet artisanat au Québec et à ses créations artistiques contemporaines. Pour les personnes sourdes, elle sera proposée en LSQ et en un langage adapté pour les visiteurs avec une limitation intellectuelle.

Une visite guidée adaptée de l’exposition  grâce à la découverte tactile à des modèles réduits des outils et techniques sera disponible pour les visiteurs. Une découverte multisensorielle de l’exposition ainsi qu’un atelier créatif compléteront cette immersion pédagogique et ludique dans l’histoire et l’art.

La personne malvoyante ou aveugle recréé les outils et œuvres d’art (rouet, métier à tisser, cardeuse…) par le tactile en touchant et manipulant en suivant les recommandations de la guide animatrice. Celle-ci, historienne de l’art a été formée aux visites adaptées et est sensibilisée aux déficiences sensorielles. Par l’écoute des explications très détaillées des différentes techniques artisanales et des œuvres artistiques prêtées par la Maison des métiers d’art du Québec, et la découverte tactile, le visiteur pourra se représenter globalement les objets et œuvres présentées. Différents types de fils végétaux et animaux ainsi que la différentes laines brutes et fibres végétales, seront accessibles par l’odorat comme par le toucher. De la matière première à la fabrication du fil puis du tissu et à son histoire, le visiteur découvre grâce à sa sensibilité digitale, les différentes textures, densité des fils et tissages d’ici et d’ailleurs.   Une tisane exotique sera aussi offerte aux visiteurs afin de solliciter le sens du goût en corrélation avec l’univers multiculturel du MondoKarnaval.

La visite adaptée en petit groupe privilégiera le plaisir de la découverte et l’échange entre les visiteurs et les guides. L’accent sera également mis sur le dialogue et les questions des visiteurs qui seront intégrés à la visite afin de la personnaliser.

Pour les visiteurs réguliers, une sensibilisation au handicap sera proposée en découvrant l’exposition les yeux recouvert d’un bandeau.

Ateliers pédagogiques adaptés d’expression plastique.

Les activités artistiques proposées sont en lien avec la découverte de l’exposition. Il s’agit d’un projet pédagogique pour tous, en situation de handicap ou non, car le visiteur voyant est invité à suivre le cheminement proposé à une personne malvoyante ou aveugle et ainsi à créer du bout des doigts une œuvre. Le participant pourra imprimer à l’aide de tampons des tissus ou créer un petit tissage. Un pré-sondage de l’exposition par une personne aveugle précisera les attentes et la compréhension du visiteur.

Renseignements pratiques : visites gratuites sur réservation.

Quartier Limoilou à Québec – Au Lieu historique national Cartier- Brébeuf.

Les groupes seront composés de 3 à 6 personnes environ qui viendront avec leurs accompagnateurs. La durée de la visite sera d’une heure à une heure et demie. Proposée sur rendez-vous. Réservation : mainbleue.info@gmail.com ou 581.307.21.66.

Pour un interprète LSQ, réservation trois semaines avant la date de la visite.

Pour en connaître un peu plus  sur la Compagnie La main bleue

https://www.mainbleue.info

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :