Archives du tag ‘réaliser

Pendant que l’on attend   Leave a comment

ImAGE calme

Pendant que l’on attend la venue du miracle, il y en a qui pose des gestes quotidiens, parfois tout simples et pourtant si déterminants.

Pendant que certains attendent de gagner le grand prix, il y en a qui économise régulièrement un petit montant pour partir en voyage.

Pendant que certains attendent que mère nature dépose un jardin sur le lopin de terre idéal d’autres y sèment une plante ici et là, dans la ruelle, sur les platebandes de la façade par semaine et par persévérance, le quartier lentement se transforme.

Pendant que l’on attend les bonnes conditions pour débuter ce qui nous tient réellement à cœur, il y en a qui pose chaque matin le petit geste pour saluer la vie, et pose ainsi une autre petite pierre pour les autres afin de construire le pont qui permettra d’atteindre l’autre rive, là où l’horizon semblait inaccessible.

Par tous ces gestes réguliers, quotidiens, persévérants s’estompe l’attente, et l’instant devient ce présent que nous nous offrons à la réalisation de notre vie.

 

Une chanson de Leonard Cohen – Waiting for the miracle

Les paroles en français sont sur https://www.lacoccinelle.net/248283-leonard-cohen-waiting-for-the-miracle.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Plus qu’un rêve d’enfant   Leave a comment

20170929_123448

J’ai souvenir encore de ce rêve d’enfant ou en réponse à un drame qui m’avait grandement affecté, j’espérais plus qu’un monde nouveau, j’espérais des personnes meilleures.

Je revois cette image ou les humains s’apprivoisent et se développent non pas pour bien paraître, mais simplement, naturellement pour être soi.

La valeur d’une personne n’aura pas le prix de ses biens personnels et de ses avoirs, mais en fonction de ce qu’elle apporte aux autres, à sa collectivité.

Elle possédera ce qu’elle a acquis par sa conscience sans déposséder autrui de leur façon de penser, ou encore interférer avec les autres pour leur demander d’être semblable a elle.

Ce n’est qu’ainsi que l’amour peut prendre racine, accepter et aimer les autres parce qu’ils sont différents. Sans dépendre, sans prendre, sans enlever à l’autre. Une personne qui s’alimente d’amour peut vivre d’entraide sans interférer avec d’autres, en étant simplement ce qu’elle est.

J’ai la chance aujourd’hui de côtoyer des personnes merveilleuses qui réalisent sans le savoir de grandes parties de mon rêve d’enfant. Elles proviennent notamment du Pérou, du Mexique, de la Belgique, de l’Italie, de Madagascar, de la France, de l’Égypte, du Cameroun, de l’Inde et du Québec.

Ce sont des humains magnifiques qui apportent du bonheur à leur mesure.

Une chanson de Don’t Worry avec Playing For Change -Song Around The World

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 12 mars 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Le pouvoir du moment présent   1 comment

image-amitie

 

Donc, dans l’état de non-éveil et d’identification au mental, ce que l’on qualifie parfois à tort de joie n’est en fait habituellement que l’aspect plaisir, éphémère du perpétuel cycle d’alternance souffrance-plaisir. Le plaisir est toujours provoqué par quelque chose d’extérieur à vous, alors que la joie émane de l’intérieur.

S’identifier au mental, c’est lui donner de l’énergie. Observer le mental, c’est lui enlever de l’énergie (…) La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l’inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.

Pour vous faire réaliser que vous avez permis au temps psychologique de prendre possession de vous, il vous suffit de faire référence à un critère simple. Demandez-vous s’il y a de la joie, de l’aisance et de la légèreté dans ce que vous entreprenez. S’il n’y en a pas, c’est que le temps a pris le dessus, que le moment présent est passé à l’arrière-plan et que la vie est perçue comme un fardeau ou un combat (…) Etre libéré du temps, c’est psychologiquement ne plus avoir besoin du passé pour assumer votre identité ni de l’avenir pour vivre votre plénitude.

Tous les véritables artistes, qu’ils le sachent ou non, créent à partir d’un état de vide mental qui donne forme à l’impulsion ou à l’intuition créative. Même les plus grands savants ont rapporté que leurs percées créatives s’étaient produites dans des moments de quiétude mentale.

Le Pouvoir du moment présent Eckhart Tolle

Une chanson de Radiohead – Karma Police

Entre des_espérés et des_réalisés   Leave a comment

ImAGE la musique du monde

L’attente tue comme le disait si bien Jacques Brel.

Alors, il faut rêver, espérer et avoir une Quête. Dans cet axe du devenir, le jeu de la vie fait en sorte que nous devenons réaliser notre quête, il y a des personnes qui réussissent et d’autres pas. Dans les deux cas de figure, à leur terme, il y aura un autre mouvement qui s’amorcera, car l’attente tue. Et c’est ainsi que dans ce mouvement cyclique, sur cet axe du devenir, nous retrouvons les espérés et les désespérés.

Et, sur une autre dimension de ce mouvement cyclique, nous pouvons y voir le point de jonction avec un autre axe, car tout rêve met la réalité en attente.

Sur cet autre axe d’être, il faut être, cesser de fuir et prendre la vie comme un présent. Nous y retrouvons des personnes qui se réalisent dans l’instant, ici et maintenant, et d’autres personnes qui dans l’instant malgré des efforts incommensurables, demeurent déphasées. Dans les deux cas de figure, à leur terme, il y aura un nouveau mouvement qui s’amorcera, car le rêve met la réalité en attente. Et c’est ainsi que dans ce mouvement cyclique, sur cet axe d’être, nous retrouvons les réalisés et les déréalisés.

Et pendant ce temps, ce grand mouvement cyclique ne connaît aucune attente, car l’illusion est parfaite.

Une chanson de Daniel Bélanger – Désespéré

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

 

Publié 30 octobre 2016 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

86 400 occasions   Leave a comment

Temps

Il est surprenant de prendre conscience que les humains ont en commun beaucoup de choses, comme notamment un nez, une bouche, mais aussi les chiffres!  Par exemple, nous avons 86 400 secondes qui s’écouleront durant ce jour, et ce pendant 1 440 minutes réparties en 24 heures.

Pendant ce temps-là, il y en a parmi nous qui vont réaliser un rêve, d’autres faire la différence pour quelqu’un, d’autre se dépasser, et d’autres attendre ou espérer. Et moi, j’ai notamment écrit ceci et souri!

En prenant en compte cette perspective, nous constatons que nous avons tout de même beaucoup de fenêtres d’opportunités dans une journée.

Qu’avons-nous fait de nos dernières 86 400 secondes pour dire que nous étions trop occupés?

Nous avions pourtant tout le temps qu’il fallait pour vivre cette journée! Il serait juste de dire que ce que nous avons réellement fait relève de nos choix priorisés.

Une chanson de Renaud Mistral gagnant interprété par Maxime Le Forestier et Vanessa Paradis

L’éveil au changement   Leave a comment

ImAGE envol papillon

Le changement profond en nous nous fait passer en général par trois étapes.

La première étape nous pousse à croire que ce que l’on envisage n’a pas de sens, qu’il est improbable de le faire, c’est l’étape ou nous avons identifié le changement à faire. Puis on identifie toutes les raisons pour ne pas le faire.

Et enfin, doucement, le changement s’installe et devient une évidence.

https://www.youtube.com/watch?v=qILWoyAed5M

Publié 27 juin 2015 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Le désir   1 comment

ImAGE WiFi

Chaque être porte en lui ses propres rêves,

mais aussi ses propres désirs.

Et faire la part entre le désir et le besoin,

c’est un grand apprentissage.

Comprendre le pouvoir du désir indompté,

c’est un grand apprentissage,

surtout dans notre monde axé sur la consommation.

Ce qui est absurde avec le désir,

c’est que nous pouvons être convaincus

de désirer l’objet de notre fantasme

tant que nous savons que ce désir est irréalisable.

Ainsi, nous sommes confrontés à d’éventuelles déceptions,

en raison d’un désir inassouvi,

ou encore pire, du désir assouvi.

C’est ainsi que naissent les mensonges.

Nous le savons, il arrive parfois que les mensonges

tirent leur source de fragments des désirs

que la vie a transformés en amertumes

puis en ment songes.

Nous avons le pouvoir de nommer nos besoins.

Ce pouvoir, c’est important.

Ce que nous pouvons nommer repose sur 26 lettres.

Ces lettres sont toujours les mêmes,

mais leur ordre,

leur agencement,

leur combinaison changent.

Ainsi, à partir des lettres nous formons des mots,

à partir des mots des phrases, à partir des phrases,

nous élaborons des désirs.

Nous avons le pouvoir de créer ce qui compte vraiment.

Nous avons le pouvoir de nommer

et de répondre à nos besoins

pour réaliser notre propre nature.

Ce pouvoir, c’est la seule chose qui compte.

https://www.youtube.com/watch?v=K8cdYqoE2Yo&list=PL78j7gGY1m2VK0z6trcjk0SJGEJXGjsCw

%d blogueurs aiment cette page :