De la vie heureuse …Qu’est-ce qu’on leur laisse

Se relever

…comme un écho qui provient de la nuit des temps portant la voix de Sénèque…

Je verrai la mort d’un visage aussi calme que si j’en entendais parler. Je me soumettrai à tous les travaux, si grands qu’ils soient, soutenant le corps par l’âme. Je mépriserai également les richesses, qu’elles soient présentes ou absentes, et je ne serai ni plus triste quand elles se trouvent ailleurs que chez moi, ni plus fier si elles m’environnent de leur éclat. Je ne serai pas sensible aux allées et venues de la fortune.

Je considérerai toutes les terres comme miennes et les miennes comme appartenant à tous. Je vivrai comme si je savais que je suis né pour les autres et remercierai la nature d’un pareil titre, car comment aurait-elle pu mieux conduire mes affaires ?

Elle m’a donné seul à tous, elle a donnée tous à moi seul. Tout ce que j’aurai, ni je le garderai d’une manière sordide, ni je le répandrai d’une manière prodigue. Je croirai ne rien posséder mieux que ce que je donne comme il faut.

J’estimerai les bienfaits ni au nombre, ni au poids, mais au prix qu’y attache celui qui les reçoit. Jamais je ne penserai donner trop à qui est digne de recevoir.

Je ne ferai rien en vue de l’opinion, je ferai tout par conscience. Je croirai avoir pour témoin tout un peuple alors que j’agirai devant ma seule conscience…

La limite que je m’imposerai dans le boire et le manger sera de satisfaire les besoins naturels, et non d’emplir et de vider l’estomac.

Je serai agréable envers mes amis, indulgent et affable envers mes ennemis. Je serai ébranlé avant même d’être prié, et j’irai au devant des demandes honnêtes.

Je saurai que ma patrie c’est le monde, que mes chefs ce sont les dieux et qu’ils sont au-dessus de moi et autour de moi surveillant mes actes et paroles.

Quand la nature me redemandera ma vie ou que ma raison la fera cesser, je m’en irai en attestant que j’ai chéri la bonne conscience et les bonnes études, et que la liberté de personne n’a été diminué de mon fait, la mienne moins que toute autre.

Sénèque De la vie heureuse

Une chanson de Richard Séguin Qu’est-ce qu’on leur laisse?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s