A de Jacques Goorma

Thich Nhat Hanh maintenant

À la considération

l’inaptitude de l’homme

à comprendre l’univers

ne l’empêche nullement

de l’admirer

*

À l’effacement

l’oiseau emporte le ciel

avec lui

*

À la patience

apprendre

plutôt qu’attendre

*

À l’enfant qui veille

jet de l’oiseau

l’arbre lance des pierres d’encre

qui glissent en nous

par les vitres silencieuses

*

À l’échancrure

émail d’un sourire

lait d’une poitrine nue

blanche promesse du poème

*

Au défi

fermer les yeux

pour voir

*

Jacques Goorma dans A

Une pièce musicale de Philip Glass – Metamorphosis

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s