La place de la souffrance

yin-and-yang-1947878_1920-1

Est-ce que le fait d’avoir peur de tes souffrances, ou d’essayer de ne pas en avoir, a évité la souffrance dans ta vie ?

La souffrance est de « l’ignorance ». C’est ça qui se passe à chaque fois.

A chaque fois qu’on souffre, c’est parce qu’on ne sait pas ce qui est en train de nous arriver.

Après, il y a la douleur physique, qui est en fait l’énergie qui cherche un moyen de circuler par elle-même et qui force la guérison.

L’expérience de la maladie permet en fait la guérison.

On tombe malade parce qu’on est en train de guérir.

La maladie est le symptôme de notre guérison.

Ensuite, il y a les événements qui surviennent dans ta vie et qui peuvent générer de la souffrance. Et là, en fait, c’est l’angle de vue avec lequel tu choisis de regarder qui crée de la souffrance. C’est l’ignorance de ce qui est réellement en train de se passer à une autre échelle qui crée de la souffrance.

Et puis, il y a « l’expérience ». L’expérience, ça c’est la vie de tous les jours. Il y a des gens qui choisissent tous les jours de regarder leur vie comme étant des « victimes » et qui essaient de justifier leur point de vue en étant victimes des autres.

Et puis, il y a ceux qui essaient de comprendre que ce qu’ils regardent, c’est-à-dire la forme de leur vie, la simple expression de leurs mouvements intérieurs. Quand la vie m’agresse, cela correspond à l’agression que j’ai de moi vers moi à l’intérieur de moi. Quand je tombe sur des cons à tout bout de champ, c’est que je suis en déni par rapport à ma propre « connerie intérieure ».

Quand je tombe sur des fachos, c’est parce que mon « fascisme intérieur » n’est pas reconnu. Et ainsi de suite, c’est assez simple finalement. S’éloigner de la souffrance, c’est complètement vain, personne n’a jamais réussi à s’éloigner de la souffrance, c’est justement une velléité de contrôle complètement fausse, on ne peut pas y arriver !

Celui qui te dit : « Je vais t’éloigner de la souffrance », est un menteur. Le message du bouddhisme n’a jamais été d’abroger la souffrance humaine, à aucun moment, ça c’est l’interprétation, comme aujourd’hui on est capable d’interpréter la Bible en disant des « conneries » plus grosses que nous.

C’est la même chose ici. Siddharta et le Bouddha, c’est la recherche du « sens » et il a trouvé du sens, mais ce n’était pas « pour », et dès que tu mets « pour », tu es en train de mentir à propos du travail du Bouddha.

Le Bouddha n’a rien fait POUR. Le Bouddha ÉTAIT.

Siddharta Gautama eut sa démarche d’humain, qui a été de vivre et de souffrir comme tout le monde. Les livres sacrés d’aujourd’hui relèvent d’une perspective intérieure, plus elle est respectée, plus la lecture est claire.

Frank Lopvet

Une pièce musicale Birdsong in hollow valley

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s