Le grand courant

cropped-dandanjean-ouvrir-v.png

Comme il le faisait si souvent, il était parti faire une promenade en forêt. Arrivée près de la petite rivière, elle lui sembla plus gonflée que d’habitude. Cela éveilla sa curiosité. Il se dirigea vers l’aval et rapidement il constata que le grand courant était obstrué par un barrage érigé par un castor.

Il était fasciné par le fait que l’on puisse tenter de limiter la course du grand courant.

Bien sûr il savait que la rivière a ses propres limites, ses rives, c’est ce qui la définissait, la distinguaient d’un lac. Mais, le castor venait, du moins temporairement, de modifier les choses.

Il décida de remonter en amont pour découvrir l’origine de cette eau. Après quelques heures de marche vers le sommet, il arriva au bassin d’eau qui accumulait l’eau provenant du ciel et qui laissait échapper le filet d’eau qui engendrait la petite rivière.

En regardant l’étendue autour de lui, il prenait la mesure de la présence d’un grand courant qui alimentait la Terre. Ce grand courant a aussi ses limites, sans quoi il ne pourrait exister.

Il est constitué de milliard de gouttes d’eau qui s’évaporent sous la chaleur du soleil. Il se forme en nuages avant de revenir vers la Terre pour s’écouler vers ses sillons, et ses profondeurs.

Par son grand mouvement qui va d’entrave en entrave, franchissant sa route jusqu’à sa transformation sous forme de gouttelettes avant de sembler disparaître. Dans les faits, rien ne se perd, rien ne se crée.

Pour lui, l’étonnant n’était pas qu’il puisse exister sur cette Terre des obstacles apportant parfois des souffrances, par les inondations, et parfois des joies, par les bassins de baignade, mais que nous ayons de la difficulté à accepter ce grand paradoxe qu’il voyait sous les yeux, que ce qui est limité n’est jamais définitivement enfermé dans ses limites puisque nous sommes toujours en mouvement et par conséquent il y aura toujours des voies de passage à nos limitations.

Un peu comme si les notions de fini et d’infini n’avaient pas de sens puisque l’un sert à définir l’autre.

Une chanson de Indochine – J’ai demandé à la lune

Les paroles sur https://genius.com/Indochine-jai-demande-a-la-lune-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2020 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s