Fragments d’un voyage immobile

Jamais personne ne s’est perdu.

Tout est vérité, et chemin.

*

Je ne suis rien.

Je ne serai jamais rien.

Je ne peux vouloir être rien.

A part ça, je porte en moi tous les rêves du monde.

*

Nous avons tous deux vies :

La vraie, celle que nous rêvons dans l’enfance,

Que nous continuons de rêver adultes, sur fond de brouillard ;

La fausse, celle que nous partageons avec les autres,

La vie pratique, la vie utile,

Celle où l’on finit dans un cercueil.

*

Au bout de ce jour il reste ce qui restait d’hier, ce qui restera de demain : l’angoisse insatiable, innombrable d’être toujours le même et toujours un autre.

*

La vie est courte, l’âme est vaste :

Avoir, c’est prendre du retard.

*

Entre l’arbre et voir l’arbre

Où se trouve le songe ?

Entre ce qui vit et la vie

De quel côté coule le fleuve ?

Fernando Pessoa dans Fragments d’un voyage immobile

Une pièce musicale de Niels-Henning Ørsted Pedersen · Albert Tootie Heath · Kenny Drew – In Your Own Sweet Way

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s