L’esprit de partage

La beauté de l’esprit du partage, c’est de créer cette capacité de se rapprocher de l’autre, d’illustrer les valeurs qui nous unissent.

L’un des grands processus qui maintient la vie est justement la capacité de partager. Un fruit qui est mûr permettra à un être de se nourrir, et il pourra à son tour entretenir le terrain. Lorsque nous partageons, nous perpétuons un processus de vie qui fait en sorte que notre interdépendance se consolide, et l’on se rend compte qu’en fin de compte, beaucoup nous sont donnés.

Pour les personnes issues des Premières Nations, et aussi notamment pour des bouddhistes, les êtres ne sont pas séparés en essence, même si nous sommes dotés d’un ego représentant une force qui tend à éloigner, il est aussi possible de sentir la force d’attraction mue par l’énergie qui nous lie.

Afin de faire croître le partage, différentes initiatives ont été mises en place souvent autour de nous sans que nous nous en rendions vraiment compte. Ces initiatives méritent d’être partagées au plus grand nombre.

Par exemple, l’Accorderie. Chaque Accordeur met à la disposition des autres ses compétences et savoir-faire sous la forme d’offres de services. Coiffer, peindre, réparer, cuisiner, donner des cours, comptabilité, etc. Les Accordeurs ont accès aux coordonnées des personnes qui offrent les services. Ils peuvent donc entrer en contact avec celles-ci pour s’entendre sur le service désiré et le moment de l’échange. Chaque échange de services est comptabilisé dans une banque de temps, selon le principe une heure de service rendu vaut une heure de service reçu, quels que soient le service rendu et les compétences exigées. Tous les services sont mis sur un même pied d’égalité.

Autre exemple, le co-voiturage et autopartage qui permet de voyager en bonne compagnie ou partager une voiture, et contribuer par le fait même à faire œuvre utile et à réduire la circulation automobile.

Autre exemple le COlunching qui consiste à prendre un rendez-vous avec des inconnus (maximum 8) pour manger ensemble sur l’heure du midi, et qui sait de se retrouver par affinités professionnelles, culturelles, vestimentaires, culinaires ou géographiques plutôt que de rester seul avec son repas devant son écran.

Un dernier exemple, le réseau d’échanges réciproques de savoirs (RERS) qui a apporté des modèles de transmission et d’acquisition de connaissances aux grandes entreprises. L’idée est de mettre en relation des personnes offrant ou recherchant des savoirs, des savoir-faire et des compétences, par exemple des ateliers d’apprentissage de langues, en informatique, en musique, en cuisine, en jardinage, etc. Les échanges de savoirs se font sur une base de réciprocité, sans aucune contrepartie financière ni aucun étalon pour mesurer la valeur relative de ces savoirs.

Alors, faites vos recherches et rejoignez un groupe de partage.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman interprétée par Génération Goldman Volume 2 – Nos Mains

Les paroles sur https://jjgoldman.net/jean-jacques-goldman/chansons/nos-mains/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2021 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s