Aiôn

Les contenus de l’inconscient personnel sont des acquisitions de la vie individuelle, tandis que ceux de l’inconscient collectif sont des archétypes qui ont une existence permanente et a priori. J’ai traité ailleurs de la relation de ces derniers avec les instincts. Les archétypes caractérisés avec la plus grande précision sur le plan empirique sont ceux qui influencent, voire perturbent le moi le plus souvent et le plus intensément, à savoir l’ombre, l’anima et l’animus. L’ombre est la figure la plus facilement accessible à l’expérience, car sa nature se laisse déduire dans une large mesure des contenus de l’inconscient personnel. Seuls font exception à cette règle les cas assez rares où les qualités positives de la personnalité sont refoulées et où, en conséquence, le moi joue un rôle essentiellement négatif, c’est-à-dire néfaste.

L’ombre est un problème moral qui défie l’ensemble de la personnalité du moi, car nul ne peut réaliser l’ombre sans un déploiement considérable de fermeté morale. Cette réalisation consiste à reconnaître l’existence réelle des aspects obscurs de la personnalité. Cet acte est le fondement indispensable de tout mode de connaissance de soi et, par suite, se heurte, en règle générale, à une résistance considérable. Si la connaissance de soi constitue une mesure psychothérapique, elle signifie souvent un travail pénible qui peut s’étendre sur de longues années.

Un examen plus précis des aspects obscurs ou inférieurs formant l’ombre révèle que ceux-ci ont une nature émotionnelle, et donc une certaine autonomie, et qu’ils revêtent, en conséquence, une forme d’obsession ou, mieux, de possession. En effet, l’émotion n’est pas une activité, mais un événement qui assaille l’individu. Des affects naissent généralement en des points de moindre adaptation et révèlent simultanément la raison de cette faiblesse, à savoir une certaine infériorité et l’existence d’un niveau plus bas de la personnalité. Sur ce plan profond où les émotions ne sont qu’à peine ou même nullement contrôlées, on se comporte plus ou moins à la manière d’un primitif qui est non seulement la victime passive de ses affects, mais qui manifeste en outre une remarquable inaptitude au jugement moral.

Tandis que l’ombre se laisse ranger jusqu’à un certain point, moyennant du discernement et de la bonne volonté, dans la personnalité consciente, il existe toutefois, comme le montre l’expérience, certains traits qui opposent une résistance acharnée au contrôle moral et s’avèrent pratiquement ininfluençables. Ces résistances sont généralement liées à des projections qui ne sont pas reconnues en tant que telles et dont l’identification représente une tâche morale dépassant la mesure habituelle.

Carl Gustav Jung dans Aiôn – Études sur la phénoménologie du Soi

Une pièce musicale de Loreena McKennitt – All Souls Night

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/257601.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s