Archives du tag ‘Chemin

Les parcours d’humains hors des sentiers communs   Leave a comment

Poursuite de mon périple à Paris pour y partager au fil des rencontres l’accent d’Amérique.

service public

Les parcours d’humains ont tous une fin. En fait, nous passons notre vie à nous développer pour devenir ce que nous sommes.

Et ces gens que nous croisons, ceux dont les parcours semblent des plus grands, des plus lumineux, côtoyant régulièrement les hautes cimes, marchent sur des sols instables.

C’est ce qu’affectionnent les passionnés de la vie, les voyageurs d’humanités, les guerriers pacifiques, car ils savent que rien n’est plus triste qu’un chemin commun, le chemin sûr et connu. Leurs destins s’alimentent du battement de leur propre cœur.

Une chanson de Maxime LEFORESTIER Passer ma route Avec ZAZIE et CABREL

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1245287-maxime-le-forestier-passer-ma-route.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 8 septembre 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Mes maîtres anciens: Chemin   Leave a comment

elevation

J’ai plaisir à revisiter mes maîtres anciens qui à chaque fois, me font découvrir des enseignements merveilleux.

Par exemple, le maître Chemin, qui m’a appris la valeur de mes pas. Il m’a appris à faire la distinction entre se déplacer et avancer.

Chemin m’a appris l’importance de l’attention dans un monde ou tout va toujours plus vite. Apprendre, peu importe la vitesse de sa foulée à observer la route, à prendre conscience de l’endroit où nous sommes, à être présence à chaque endroit et non pas juste en transit.

Pour cela, Chemin m’a parlé des qualités à développer en tant que passant et voyageur de vie.

C’est un privilège immense de pouvoir vivre. De la naissance à la mort, nous pouvons faire plus que passer, nous pouvons devenir un être meilleur qui fait la différence à chaque rencontre. Une personne qui fait plus que passé et qui relie.

Chemin ne cesse de répéter que peu importe la route que nous choisirons, aucun ne constitue en soir une destination ou encore mène vers une finalité ultime. Le passant et voyageur de vie foule la terre afin de le relier plus profondément à la présence, à l’instant, à la découverte et à la gratitude.

Il n’y a pas de voie spécifique pour une finalité, que ce soit le bonheur, l’amour, la réussite ou la guérison. Il n’y a pas de route vers l’éveil ou sa réalisation finale. Il n’y a que les jours et les nuits, constitués de nos expirations et inspirations, de nos pas et nos pauses, de nos escales, de nos rencontres, de l’entraide et de la culture du passant et voyageur de vie.  Vous savez, cette culture de soi qui au fil des pas, amène les moissons merveilleuses.

Il y a des passants et voyageurs de vie qui font des voyages merveilleux dans des contrées inconnues en restant à la maison. Les plus beaux voyages se réalisent à partir de la conscience que nous avons du lieu où nous sommes. L’espace et le temps ne sont que des éléments d’une signalisation qu’un esprit libre peut transcender, par exemple en sortant des sentiers battus.

Mes maîtres anciens, Montagne, Soleil, Rivière, Vent, et Arbre pour ne nommer que ceux-ci sont riches d’enseignement. Je vous invite tout comme moi à les revisiter de temps en temps.

Une chanson de Richard Séguin – L’Ange Vagabond

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/44008/Richard_S%C3%A9guin_L_ange_vagabond

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Le premier pas   1 comment

Inde Varanasi promenade

Le premier pas pour apprendre à apprécier le dharma à sa juste valeur consiste à reconnaître et à accepter pleinement que le samsara est une maladie incurable dont nous souffrons tous.

*

Si le bien-être est votre souci principal, vous feriez bien mieux de vous faire faire un massage intégral ou d’écouter de la musique enlevée et revitalisante. Cela vous fera beaucoup plus de bien qu’un enseignement bouddhiste qui n’est pas fait pour vous réconforter.

*

Le chemin lui-même doit éventuellement être abandonné, tout comme vous abandonner un bateau lorsque vous atteignez l’autre rive. Vous devez descendre une fois que vous vous êtes arrivé. Au point de réalisation total, vous devez abandonner le bouddhisme. Le cheminement spirituel est une solution temporaire, un placebo pour être utilisé jusqu’à ce que le vide soit compris.

Dans Pas pour le bonheur de Khyentse Norbu

Une pièce musicale de Kitaro – Silk road

Publié 15 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Par delà les petits cailloux   2 comments

ImAGE Totem soleil

 

Une multitude d’humains,

une multitude de croyances,

une multitude de discours

une multitude d’actions

et ce désir de s’accomplir,

d’être aimé et accepté.

 

La multitude amène la différence

car chacun est singulier

nos différences bien que merveilleuse

ne devraient pas diviser,

mais représenter la richesse de notre humanité

avec émerveillement et compassion.

 

Émerveillement devant la créativité humaine,

compassion envers ces êtres

qui doivent composer avec des conditions différentes.

Les multiples facettes de la vie

et ses différentes voies à parcourir

nous ramènent à notre chemin de vie.

 

Ton chemin se fond dans ta voie singulière

Je passe, tu passes, et tout passe.

À quoi bon perdre notre temps à juger les cailloux

Pendant qu’il y a tant à faire

À explorer et à découvrir

Celui qui coexiste avec l’autre arrive à Soi.

 

Une chanson de Claude Dubois – Les petits cailloux

Les paroles sur https://www.le-parolier.net/paroles-dubois-les-petits-cailloux.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Publié 4 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Avancer par coeur   Leave a comment

Amérindien

Je me promenais en forêt et j’ai perdu mon chemin. Mon cœur battait la chamade. J’étais presque aux larmes. Puis, je me suis retrouvé, ici. J’ai même pensé t’appeler, mais ce n’était pas possible, j’étais là ou seule l’imprévue peut faciliter une rencontre.

Le cœur a toujours besoin d’une direction pour bien s’ébattre, et pourtant tous les sentiers portaient les signes de l’oubli.

Comment bien atteindre son temps de présence si nous n’avons pas le cœur du voyageur?

Puis, j’ai entendu l’écho de mon cœur m’appeler derrière l’arbre à gauche. J’ai posé ma main sur l’arbre, il vibrait encore. Je l’entendais maintenant chanter à mes pieds, dans les racines. J’ai enlevé un peu de terre et j’ai senti mon cœur battre calmement.

J’ai remis la terre, j’ai caressé l’écorce et j’ai tourné mon regard vers l’endroit d’où je venais. Alors, j’ai fermé les yeux, prêt à voyager, murmurant puis chantant les nouvelles voies à créer. Je n’avais plus besoin de chemin, mes pas avançaient par cœur.

 

Une chanson de Chloé Sainte-Marie – E pamutelan e peikussian – Innu (Promenade solitaire)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 3 février 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Des chemins sans voie   Leave a comment

ImAGE Ballon

Nous habitons un monde qui est sans voies prédéterminées. Il existe tant des chemins, mais l’identification de la voie de passage nous est avant tout personnelle.

Est-ce que vous vous êtes déjà retrouvé au milieu d’une mer immense? En regardant devant, nous voyons que des vagues et un horizon lointain. Et pourtant, pour un navigateur de navire, la voie à suivre est claire.

Est-ce que vous vous êtes déjà retrouvé au milieu d’un désert immense? Moi, lorsque j’étais dans le désert blanc en Égypte, je n’y voyais que du sable, des dunes, des arabesques de sable que le vent avait forgé et l’horizon. Pourtant, le guide bédouin savait exactement quelle voie prendre et où bifurquer.

Est-ce que vous vous êtes déjà retrouvé au milieu dans un grand quartier résidentiel au cœur d’une ville inconnue? Il me semblait que toutes les maisons, toutes les rues se ressemblaient, il n’y avait aucune indication pour me guider, et pourtant, chaque passant que j’interrogeais pouvait me partager une portion de leur voie me permettant à terme de retrouver ma voie.

Bien qu’il y a une multitude de chemins devant nous, c’est la destination et le type de voyage que nous voulons entreprendre qui détermineront la voie à suivre. Méfiez-vous, et ce dans quelque domaine que ce soit, des vendeurs de chemins préfabriqués, car en bout de piste, vous serez quelque part, mais probablement loin de votre voie.

 

Une chanson de The Beatles interprétée par Rufus Wainwright – Across The Universe

Les paroles sont sur : https://www.lacoccinelle.net/249615-the-beatles-across-the-universe.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 6 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La chevauchée   2 comments

 

Ce matin, je suis monté sur l’oiseau de la liberté

Et nous nous sommes élancés vers les nuages

Le vent tournait en dansant pour nous accompagner

Et mes oreilles étaient remplies de ce chant de trainage

 

Nous sommes allez voir si les pays lointains

Étaient tous reliés par les chaînes de pierres et de terre

Et apprécier si ces pays étaient parsemés de chemins

Qui ultimement ramenaient les voyageurs à leurs frontières

 

J’ai entendu les discours des gens qui se propageaient

Et si chaque mot renvoyait à notre conscience collective

Les silences portaient une honte que l’on tait

Et l’amour ballotté par nos sauts d’humeurs répétitives

 

Et lorsque je suis revenu de ce voyage avec la liberté

J’ai foulé la terre avec des ailes et un regard insoumis

Insensibles aux chemins proposés pour traverser

Les chaînes, les frontières et les maux que créé par l’esprit

 

Nous sommes des milliards en exploration individuelle

À imaginer des sentiers précieux là où il n’y a qu’itinéraire

Traversant les foules obscures des sentiments pluriels

Cherchant des yeux affolés des cartes et des repères

 

Quelle que soit la destination que nous pourrons imaginer

Nous la quitterons, comme tout le reste, un jour

Tout passe comme le vent pendant la chevauchée

Même si tout est là immuable et sans détour.

 

Une chanson de Neil Diamond – Be (Chanson tirée du film Jonathan Levingstone le goéland)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 11 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :