Le perroquet et l’arbre

Perroquet

Il y a très longtemps, vivait un magnifique perroquet. Jamais on n’avait vu un plus bel oiseau. Ses larges yeux avaient le doux éclat du velours, ses plumes bariolées étincelaient comme de véritables joyaux, ses pattes délicates semblaient ciselées dans le corail. C’était vraiment un splendide oiseau.

Il habitait heureux dans un grand arbre qu’il aimait de tout son cœur. Il en aimait les branches robustes, couvertes de larges fleurs éclatantes dont l’ombre bienfaisante le protégeait de la lumière du soleil. Il aimait écouter le doux bruissement du feuillage secoué par la brise. Et ce qu’il préférait par-dessus tout, était de manger les fruits savoureux qui y poussaient en toute saison. Chaque soir, lorsque les étoiles s’allumaient une à une dans le ciel, le perroquet soupirait de bonheur.

Que je suis heureux, disait-il, que je suis content et satisfait de ce que j’ai. Je dois toute cette joie et cette paix à mon arbre. Jamais je ne l’abandonnerai, jamais je ne le quitterai pour un autre. Et il se blottissait avec ravissement contre le large tronc avant de s’endormir. L’Esprit de la forêt entendit les paroles du perroquet et décida de le mettre à l’épreuve. Il sécha la précieuse sève qui coulait dans le cœur de l’arbre. Ainsi les fruits cessèrent de pousser. Une à une les feuilles se mirent à tomber et les branches se desséchèrent, craquant tristement sous le vent.

Mais le perroquet ne partit pas. Il volait autour de son arbre, s’efforçant par ses battements d’ailes de le rafraîchir et de le protéger des rayons du soleil. Ses yeux pleins d’amour n’arrivaient pas à le voir tel qu’il était devenu, un vieil arbre rabougri. Il l’imaginait encore avec son feuillage touffu recouvert de rosée scintillante.

Perché sur une branche morte, le bel oiseau parlait doucement à l’arbre :

Tu m’as donné tant de bonheur, comment pourrais-je t’oublier ? Les enfants ne s’occupent-ils pas de leurs vieux parents malades ? Les maris délaissent-ils leur femme lorsque leur beauté se fane ? Les vrais amis se séparent-ils quand le malheur frappe l’un d’eux ? Non, pensait le perroquet, mes paroles étaient sincères lorsque je disais que je t’aimais. C’est pourquoi je ne te quitterai jamais. Les jours passaient et le perroquet demeurait fidèle et paisible. Du haut d’une branche dénudée, il regardait chaque matin l’aurore teindre l’horizon d’or et le crépuscule s’assombrir de violet.

L’Esprit de la forêt sourit en voyant que l’oiseau n’abandonnerait pas son vieil ami. Alors, de son souffle d’argent, il lui rendit la vie. Des fleurs merveilleuses se mirent à éclore, embaumant la forêt d’une odeur exquise. Les fruits firent à nouveau ployer les branches verdoyantes. L’arbre s’étira vers le ciel, plus beau que jamais.

Oiseau fidèle, dit l’Esprit de la forêt, vis heureux sur ton arbre, toi qui as su, malgré le temps et les épreuves, garder tes sentiments inchangés.

Johanna M.Coles et Lydia M. Ross  dans Alphabet de la sagesse

Une pièce musicale de Beethoven – 6th Symphony – Pastoral

Vivre au travail

Les employés du Café joyeux à Paris

cafe-joyeux-paris_article

J’ai toujours eu une difficulté avec le mot performance. Non pas que je ne suis pas conscient qu’il est important d’atteindre des résultats, mais c’est plutôt l’appel à la compétition qui me dérange.

J’aime travailler avec des personnes qui réalisent leurs tâches par engagement, par satisfaction. Ils n’essaient pas d’être meilleurs qu’un autre, ils essaient de bien faire du premier coup. Il s’exerce à vivre intensément leur travail et non de le subir. Par leur exemple, ils donnent l’envie de participer, de vivre cette différence.

Les personnes qui se réalisent pleinement dans l’instant de leurs tâches vivent une expérience de vie et non pas seulement une fonction. Il n’y a pas de faux métiers, que de faux pairages!

La performance dans cette perspective est une opportunité à se dépasser et à créer de la plus-value pour un client.

Une chanson de Daniel Bélanger – Je fais de moi un homme

Les paroles sur https://genius.com/Daniel-belanger-je-fais-de-moi-un-homme-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

C’est combien !

Pas seul

Nous entendons souvent dire que dans la vie, rien n’est gratuit. Ainsi, nous laissons entendre que ce qui a de la valeur doit se payer. Et si ce n’était pas toujours le cas?  Et si nous pouvions voir quelques nuances?

Tout se paie, affirment les économistes sur le ton de l’évidence. Une bonne partie de notre formation repose sur cette vision économique qui exclut tout désintéressement dans les rapports humains. Selon certains, l’économie de marché idéale, implique que chaque chose a un prix monnayable. C’est la logique du système. L’efficacité économique est ainsi fixée par la loi de l’offre et de la demande. Toute gratuité révèle une défaillance du marché et un problème à régler.

D’ailleurs, certains vous diront que c’est grâce à l’intervention des instances publiques, qui se sont dotées des ressources nécessaires grâce à la taxation et à l’impôt, que des initiatives sont possibles. Bien que cet aspect de la question soit vrai, il faut reconnaître que le développement économique, à mes yeux, ne peut se développer de façon durable sans le développement social.

Il peut arriver que quelque chose d’une grande valeur soit gratuit, je pense à une amitié sincère et authentique, une balade dans un boisé public, un don de sang, un coucher de soleil, une zone libre wi-fi, un refuge, un échange avec une personne d’une grande sagesse. Et, à mes yeux, le marché n’est pas en péril pour autant.

Le prix vient réguler le développement économique, la valeur réelle provient de l’impact social associé.

Il y a toujours un prix que nous pouvons accorder à l’activité humaine, et à qui sait voir, des actions qui transcendent les marchés et qui s’en dégagent par leur valeur ajoutée. C’est la beauté de notre monde, une personne ayant une vie engagée envers autrui, vivant modestement et avec humilité, peut représenter une valeur inestimable pour le patrimoine de notre humanité.

Une chanson de Fred Pellerin – C’est combien

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Une cause juste et bonne

DSCF02701

Les personnes qui sont attentionnées et serviables envers les autres dans leur travail sont fascinantes à observer. Elles sont totalement engagées dans une cause juste, bonne et noble à leurs yeux.

L’attitude des autres à leurs égards ne semble en rien les détourner de leurs actions. Pour eux, l’enjeu ne s’exprime pas par un pourquoi, mais par un comment.

À les côtoyer, nous constatons qu’il n’y a pas un seul type de travail qui est une cause juste et bonne. Certains enseignent, d’autres assurent la protection, d’autres aident dans des services publics, d’autres sont des artistes ou ouvriers.

Ces êtres apportent chaleur et humanité dans notre monde. Ils sont précieux. Tout comme ce qu’il y a de plus beau dans la nature, il est important de contribuer à préserver ces êtres magnifiques.

Avez-vous exprimé de la gratitude envers quelqu’un de merveilleux aujourd’hui?

Une chanson de Jean-Jacques Goldman interprétée par La troupe de robin des bois – Il changeait la vie

Les paroles sur https://greatsong.net/PAROLES-JEAN-JACQUES-GOLDMAN,IL-CHANGEAIT-LA-VIE,1476152.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le dernier discours de Martin Luther King

En réécoutant ce discours, nous sommes frappé par l’engagement, la résignation et la lucidité de cette homme.  Que l’on soit croyant ou non, il s’est investi jusqu’au jour de sa mort, le lendemain vers 18h00, où il s’est écroulé devant sa chambre de motel à Memphis, tué d’une balle. Il était venu défendre la grève déclenchée par les éboueurs de la ville.

 

Comment l’épigénétique va changer votre vie

ImAGe humanité

Au-delà de la génétique, l’épigénétique est certainement l’une des plus importantes découvertes des vingt dernières années dans le domaine de la biologie. Des recherches récentes ont démontré que le programme ADN pouvait être exprimé, inhibé ou modulé par le comportement des êtres vivants. Il apparaît également qu’un certain nombre de maladies et de troubles mentaux seraient liés à des changements épigénétiques. Étudier l’épigénome et sa régulation se révèle donc essentiel à la compréhension de la « bonne santé.

*

Notre organisme fonctionne comme un grand orchestre.

Le cœur, les poumons, le foie… Chacun doit « jouer sa partition » en harmonie avec tous les autres organes pour interpréter la symphonie du vivant. Notre symphonie personnelle du vivant. Comprendre l’importance de l’épigénétique, c’est se donner la chance de devenir chef d’orchestre de son propre corps !

*

Grâce aux progrès scientifiques et technologiques, il semble possible de construire ensemble une société souhaitée et un futur désirable, plutôt que de continuer à être déterminés, voire programmés, par des pouvoirs politiques, religieux ou industriels, ou même par l’ordonnance de notre médecin et les médicaments de l’industrie pharmaceutique. Nous pouvons « reprendre la main » et être le chef d’orchestre de notre propre corps pour jouer la symphonie du vivant en tenant compte de principes fondamentaux confirmés par la science.

*

« Oui, on peut faire quelque chose pour soi. »

Cette phrase, souvent reprise dans ce livre, remet au premier plan notre responsabilité face à notre communauté de destin et au sens que nous pouvons personnellement donner à notre vie. Nous n’avons qu’une seule vie. Autant en faire un original, sans copier les vies de personnalités politiques, médiatiques, artistiques ou sportives – ce à quoi aspirent trop souvent des jeunes désorientés, en manque de repères ou de valeurs.

*

Joël de Rosnay dans La symphonie du vivant. Comment l’épigénétique va changer votre vie

Une pièce musicale de Kitaro – Aura

La rivière

ImAGE voir avec le coeur

Il disait attendre qu’enfin l’Univers lui octroie ce qu’il souhaite. Il avait été persévérant et patient, et il ne comprenait pas pourquoi ce retour d’ascenseur se faisait attendre.

Puis, avec le temps, il s’est mis à implorer le Cosmos, et cela de tout son cœur. Puis, devant le silence persistant, ce fut au tour soleil, jusqu’à ce rendre au simple caillou.

Il ne se doutait pas que si la rivière coule vers le sud-ouest, ce n’est pas par caprice de la vie, et surtout pas pour s’éloigner de lui. La rivière suivait tout simplement son cours.

Les soubresauts de l’égo ou les remous sont inhérents à toute rivière. Ils constituent qu’un des nombreux passages, tout comme d’ailleurs le lâcher-prise, l’engagement et l’action solidaire. Nous sommes tous appelés à passer notre trajet, reste à savoir ce qui a du sens.

Nous ne sommes pas le centre de l’univers et l’endroit où s’écoule la rivière n’a d’importance que pour la personne qui se fond dans le courant.

 

Une chanson de Stephan Eicher – Rivière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1179767-stephan-eicher-riviere.html

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.