Archives du tag ‘mort

Sentiments d’éternité   2 comments

Entre peur et curiosité, notre société hésite à s’aventurer à sa rencontre… La mort. Comment accueillir cet instant qui remet en question notre existence ?

Certaines femmes et certains hommes, bouleversés par cette confrontation extraordinaire aux frontières de la vie, ont changé leurs regards sur cette inconnue et nous racontent leurs histoires profondément transformatrices.

Portraits croisés d’un éditeur devenu prêtre, d’une journaliste devenue hypnothérapeute, d’une assistante de direction devenue médium, etc…

Avec la psychologue Marie de Hennezel et le médecin Jean-Jacques Charbonier.

Publié 15 novembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Boo : La mort   Leave a comment

– AVERTISSEMENT : environ 600 personnes sont mortes pendant le visionnage de cette vidéo. Pour nous aider sur Tipeee : https://www.tipeee.com/et-tout-le-mon…

Une série créée par Fabrice de Boni et Axel Lattuada

Écrite par Fabrice de Boni, Marc de Boni et Axel Lattuada

Produite par Mia Productions / Christophe Baudouin

Réalisée par Fabrice de Boni Interprétée par Axel Lattuada

Publié 2 novembre 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

La mort   2 comments

Il ne faut pas attendre d’y être confronté pour parler de la mort.  Il faut l’apprivoiser, comprendre notre relation avec celle-ci.

Le philosophe Alexandre Jollien nous livre son regard avec perspicacité, générosité et humour.

Publié 8 août 2018 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

L’Éternité et François Chang   Leave a comment

ImAGE plumes envol

L’instant n’est pas synonyme du présent: le présent n’est qu’un chainon ordinaire dans l’ordre chronologique ; l’instant lui, constitue un rnoment saillant dans le déroulement de notre existence, une haute vague au-dessus des remous du temps.

De manière fulgurante, au sein de notre conscience, l’instant cristallise nos vécus du passé, nos rêves du futur en une île surgie de la met anonyme, une île soudain éc1airée par un intense faisceau de lumière. L’instant est une instance de l’être où notre incessante quête rencontre soudainement un écho, où tout semble se donner d’un coup, une fois pour toutes. C’est une telle expérience privilégiée que traduit l’expression paradoxale « instant d’éternité ».(…)

« Faisant une furtive allusion à l’éternité lors de la précédente méditation, j’admettais que de fait personne n’est capable d’imaginer comment elle se présente. Néanmoins, bien timidement je pense pouvoir dire ce qu’elle n’est pas. S’agissant d’une éternité de vie, elle est tout sauf une interminable et monotone répétition du même. Elle doit être une formidable succession de moments saillants animés par de continuels élans vers la vie. En un mot, elle est faite aussi d’instants uniques. Dans ce cas, !es instants uniques tels que nous pouvons les connaître en cette vie, rivière de diamants ou chapelet d’étoiles reliés par la mémoire, constituent une durée qui a déjà goût d’éternité. Résonne en nous le chant spontané de Rimbaud devenu nôtre:

Elle est retrouvée.

Quoi ? L’éternité,

C’est la mer allée

Avec le soleil.

Intuitivement, Rimbaud a saisi que l’éternité se trouve dans l’instant, se vit en l’instant, instant de rencontre où l’élan vers la vie et la promesse de celle-ci coïncident. «Mais qu’est-ce donc que l’élan vers la vie?

Et surtout à partir de quoi pourrait-il naître en nous? se demandent tant de personnes perdues, découragées, qui ne savent plus où trouver la force de cet élan. A cette question il n’y a pas de réponse satisfaisante, mais j’oserais malgré tout répondre : à partir de rien. (…)

Contenant la promesse du tout, le Rien désigne le Non-Être ce non Être n’étant autre que ce par quoi l’Être advient. ‘

La notion de Non-Être est nécessaire, car c’est seulement à partir d’elle qu’on peut réellement concevoir l’Être..

François Cheng dans Cinq méditations sur la mort

Une pièce musicale avec L’Éternité d’Arthur Rimbaud  sur une pièce de musique d’Erik Satie

Publié 18 juin 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Arnaud Desjardins en souvenir   Leave a comment

A Desjardins

Il y a bien des vérités relatives que vous niez et qui sont une source de peur pour vous, mais il y a cette vérité absolue que vous niez aussi : je suis infini, je ne suis pas cet ego limité avec une histoire, des caractéristiques, un inconscient, des vasanas, des désirs, des craintes diverses.

Vous le savez au fond de vous, vous ne pouvez pas ne pas le savoir parce que vous êtes cette Conscience illimitée et infinie et vous le niez.

Par conséquent vous vous mettez de manière typique et caractéristique dans une situation de peur.

(…) Vous êtes tous attirés par cet Infini qui est au fond de vous ou mieux, cet Infini que vous êtes, cette grandeur, cette immensité, cette non-dépendance, cette liberté de l’atman.

Et en même temps vous le refusez et vous restez attachés à cette limitation de l’individualité.

Par conséquent vous vivez dans la peur.

Arnaud Desjardins dans Pour une mort sans peur

Une chanson de Harry Manx – Sittin On Top Of the World

Publié 13 juin 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

La nature ne connaît que la vie   Leave a comment

tambou10

 Source du texte dans l’image, un chant shamanique des Soyotes (Tuvas) Sibéri

La nature ne connaît que la vie. La mort n’est pour elle qu’un épisode. Elle en efface les traces sous le sable ou sous la neige, les fait disparaître sous une végétation luxuriante de verdure ou de fleurs.

Qu’importe à la nature si une mère, à Tché-Fou ou sur les rives du Yang-tsé-kiang, fait offrande d’un bol de riz et de quelques bâtons d’encens au dieu du sanctuaire, en priant pour le retour de son fils : martyr obscur, tombé sur les plaines de la Tola, ses ossements se dessèchent sous les rayons destructeurs du soleil, et les vents en éparpillent la poussière sur les sables de la prairie.

Il y a de la grandeur dans cette indifférence de la nature envers la mort, dans son ardeur à ne connaître que la vie.

De même qu’un miroir, bien qu’unique, semble devenir multiple de par la variété des objets qui se reflète en lui, de même, la conscience pure, bien qu’unique, parait se revêtir de diversité.

Considère que dans les rêves, l’esprit assume à lui tout seul les trois aspects de voyant, de vision et de chose vue. De la même façon, la pure conscience se manifeste sous une multiplicité d’aspects.

*

Les Soyotes qui vivent dans la région des Urianhays sont fiers d’être de vrais bouddhistes, convaincus d’avoir conservé la pure doctrine de Rama et la sagesse profonde de Çakya-Mouni.

Au XIIIe siècle, ils préférèrent émigrer et chercher refuge au nord plutôt que de livrer combat ou de se soumettre au sanguinaire Gengis Khan qui voulait enrôler dans ses forces ces merveilleux cavaliers-archers.

Trois fois au cours de leur histoire, ils ont ainsi émigré vers le nord pour éviter la lutte, et nul ne peut dire aujourd’hui que sur les mains des Soyotes on ait jamais vu de sang humain. Avec leur seul amour de la paix pour arme, ils ont combattu la guerre et ses maux.

Tirée de Bêtes, hommes et dieux de Ferdynand Ossendowski

Une pièce musicale de German et Claudia Klatylaev: Shamanic Music from the Siberian North

Publié 22 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Y a-t-il une mort avant la vie?   2 comments

Beaucoup de propos et d’études ont été recensés sur la question de la vie avant la mort, voire même une vie après la mort, mais peu de chercheurs s’intéressent à la question à savoir s’il y a une mort avant la vie.

Eben Alexander, neurochirurgien à l’esprit rationnel, défend l’idée après avoir vécu une expérience de mort imminente qu’il y aurait bien une vie après la mort.

À cela, sans ouvrir ce débat, Pierre Rabhi répond que le grand problème de fond, ce n’est pas de savoir ce qui va se passer après la mort, mais bien s’il existe une vie avant la mort.

Mais je n’ai rien trouvé sur la présence de la mort avant la vie. Et la question est plus utile que nous pouvons l’imaginer.

Nous savons selon les connaissances scientifiques actuelles qu’il y a près de 14 milliards d’années, il s’est produit ce qui ressemble à un immense Big Bang, une immense explosion cosmique qui engendra l’univers en expansion qui nous entoure présentement. De cette explosion sans précédent du feu nourri de la mort, est apparue la vie.

Ce que nous connaissons de l’univers, c’est qu’il y existe des milliards de milliards de galaxies et que chaque galaxie renferme des milliards de milliards d’étoiles. Sur une de celles-ci, il y a nous sur la terre. Chacun humain, comme chaque étoile, à une durée de vie limitée, nous ne sommes pas éternelles et l’énergie de la mort nous accompagne.

Les connaissances scientifiques actuelles proposent qu’avant l’expansion de l’univers, celui-ci fût d’un volume microscopique. L’énergie qui a été libérée est à l’origine du cycle de la vie et de la mort.

Nous savons que la mort intervient quand l’organisme ne peut plus puiser et maintenir son entropie basse.

L’étude des religions et de leurs visions de la mort nous ramène vers une tendance lourde qui affirme que la mort n’est pas la fin ultime de la destinée de l’homme. Les notions de résurrection, de réincarnation, de nirvana, ou encore de paradis se chevauchent. La mort n’est pas un terme, mais un générateur d’une autre vie.

De plus, plusieurs penseurs occidentaux et orientaux font référence dans leurs avancés pour mieux comprendre le phénomène de la vie, au concept d’énergie vitale (QI ou Ki,  prana, Ka, l’âme, etc.) qui transcende les états de vie et de mort. Cette énergie demeure et devient le lien entre les cycles.

Par ailleurs, si nous acceptons les hypothèses scientifiques avancées dans le domaine de la physique quantique qui postule que toute chose visible et invisible est constituée d’énergie, des perspectives intéressantes s’ouvrent pour comprendre l’avant et l’après, l’interconnexion et l’interdépendance entre les êtres et les choses dans la perspective espace-temps.

La question de la présence de la mort avant la vie, bien qu’elle nous ramène au Big bang, à l’histoire des religions et aux penseurs de ce monde, elle apporte aussi une leçon de vie intéressante. Je n’ai aucun contrôle sur mon origine et sur ma fin, mais j’en ai ici et maintenant, sur l’entretien de mon énergie. Cette même énergie qui après la mort d’une idée, d’une action par l’échec, fait en sorte que je peux me relever et continuer.

Cette même énergie qui est présente en chacun de nous et renvoie aux oubliettes les fondements de nos divisions et de notre apparente diversité. Nous sommes tous des êtres humains.

Une chanson de HK et les Saltimbanks – Citoyens du Monde

Les paroles sur http://www.songtexte.com/songtext/hk-et-les-saltimbanks/citoyen-du-monde-53b3bf69.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

%d blogueurs aiment cette page :