Chanson du passant


O passant
Dans la grand-rue de cette petite planète
Tu te hâtes, tu te hâtes
Dans un avenir qui fut déjà

O passant qui ne sais plus
Tu es l’acteur de plus d’un acte
Vêtu de brun, de blanc
Vêtu d’ombre et de colifichets
Tu es le marcheur de plus d’une marche
En route vers un même point
Immobile
Et tu répètes le même geste
Sous les moussons ou les hivers
Sous les diables plus ou moins dieux
Les dieux plus ou moins blancs
Tu répètes la même histoire
Comme si de rien n’était

O passant qui n’as jamais passé
Ton histoire est perpétuelle
Sur ma route infaillible
D’un côté tu peines sans savoir
Et de l’autre tu es roi d’ancienne mémoire
Vêtu de flamme et de douceur
Il n’est que de choisir

O passant dans la grand-rue millénaire
Tu vas où je conduis
Esclave ou roi, pécheur ou somnambule
On ne change pas de route
On change de regard
II n’est pas d’autre passage dans une vie
Pas d’autre moment
Qu’une histoire d’âge en âge

*

Va et regarde chaque chose comme un secret.

*

Peut-être les ombres nous talonnent-elles pour nous obliger à plus de lumière ?

Satprem dans Par le corps de la terre

Une pièce musicale de Peter Gabriel – My body is a cage

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/958348.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s