La pensée analytique

Le mode analytique de perception nous masque le fait que les choses et les évènements n’existent pas indépendamment les uns des autres. Le monde est une totalité supérieure à la somme de ses parties pour la raison même que ces parties ne s’additionnent pas mais sont une corrélation. La totalité est une structure qui subsiste, tandis que vont et viennent les parties, tout comme le corps humain est une structure dynamique dotée de permanence, malgré la rapidité avec laquelle naissent et meurent les cellules.

*

Les mots et les moules de pensée du mode de pensée analytique sont impuissants à embrasser ce monde de relations, sauf par des analogies qui ne sont jamais entièrement satisfaisantes. Admettre que les éléments fondamentaux de la nature sont des « relations » plutôt que des « choses » peut paraître terriblement subtil et abstrait tant qu’on ne s’est pas aperçu que les relations sont cela-même que nous touchons et sentons, et qu’il n’y a rien de plus concret.

*

Comprendre la nature avec la pensée analytique, c’est comme vouloir distinguer les contours d’une grotte avec un pinceau de lumière intense, mais très mince. Le trajet de la lumière et la série de ses points d’impact sont retenus par la mémoire, et l’aspect général de la grotte laborieusement reconstitués à partir de souvenirs.

*

L’étude analytique de ces interactions accumule une somme croissante d’informations que leur abondance et leur complexité rendent » difficiles à utiliser en vue de prévoir précisément les changements.

*

La démarche linéaire de l’intellect lui interdit de comprendre vraiment un système de relations où tout se passe simultanément. Il parvient tout au plus à se le représenter approximativement.

*

Ce mode de conscience sériel ne peut considérer qu’une pensée et une chose à la fois.

*

Pour saisir de grands ensembles, l’homme se voit donc obligé de recourir à l’intuition.

*

L’intuition s’appuie sur une démarche inconsciente de l’intelligence qui ne procède plus de façon laborieusement linéaire, et se montre capable d’embrasser d’un seul coup de vastes champs de détails en mutuelle interaction.

Alan Watts dans Amour et connaissance

Une pièce musicale de Supertramp interprétée par Pomplamoose – The Logical Song

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/247861-supertramp-the-logical-song.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s