Ces feuilles qui enseignent

Le soleil éclaire le sentier à travers les arbres. Parfois, la lumière est très présente, les branches des arbres couvrent moins le sentier, parfois c’est en raison de nuages qui passent devant le soleil. Puis, il y a les fois où c’est le soleil qui descend lentement vers l’horizon et la luminosité se fait moins intense.

Les pensées ne sont rien d’autre que la luminosité intérieure. Nous pouvons avoir l’impression que nous sommes nos pensées, mais c’est une illusion. Nous nous exprimons par elles. Nous nous exprimons aussi par le vent, ces émotions qui viennent souvent donner un autre effet à la luminosité. Elle nous atteigne par son intensité ou sa discrétion.

Nous sommes ce qui reste lorsque le silence s’installe, et que les pensées et les émotions ne sont que grésillement. Nous sommes ce qui demeure malgré l’alternance des pensées et des émotions, ce qui a vu passer les moments de bonheur et de souffrance, les moments de désir et d’aversion.

Nous pourrions penser que cette alternance n’est rien d’autre que le jeu illusoire auquel il faut se détacher. Mais, à quoi bon se détacher de la vie ?

Pour la passante ou le passant dans le sentier de la vie toujours soumis aux mouvements de lumière et de vent, à quoi bon fixer l’attention uniquement sur ces phénomènes ?

Apprendre à profiter de cette manifestation toujours en mouvement, contempler la nature et s’adapter à ce milieu est une expérience extraordinaire.

Ce que nous percevons par les jeux de lumière et les mouvements créés par le vent ne devrait pas être source de contrariété.

Ce que ces pensées et ces émotions expriment est déjà connu à notre nature propre. Il est parfois nécessaire de savoir de lâcher-prise, et de prendre une pause à ce désir de tout comprendre, c’est une voie qui nous mène vers une plus grande félicité. Après tout, nous sommes les seuls créateurs de ces pensées et de ces émotions, qui se détachent une à une au fil du temps, et qui passent comme les feuilles d’automne ayant apporté leurs couleurs à notre vie et se posant au sol pour entreprendre un nouveau cycle d’incarnation.

Une pièce musicale avec Ernesto Cortazar – Les Feuilles Mortes

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2021 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s