Le chemin vide

La dernière clé pour atteindre la liberté est de continuer à devenir la personne que vous êtes vraiment.

Je voudrais dire aux hommes

Que pour être heureux peu de choses sont nécessaires.

*

Aujourd’hui existent

Un éveil soudain et un éveil graduel.

Des systèmes religieux apparaissent,

Et, pour cette raison, se divisent.

Aussitôt, ils en font des normes.

Que les religions qui suivent les normes,

L’appréhendent ou non,

La réalité, elle, poursuit son cours.

*

Je rentre et ferme la porte de branches d’armoise

Je brûle dans le foyer du bois qui porte encore des feuilles

Je lis doucement les poèmes de Han Chan

Le vent d’Ouest souffle, la pluie nocturne coule sur le toit de paille

Parfois je m’allonge en étendant les jambes

Quelle préoccupation, quel doute pourrait encore m’atteindre ?

Ryôkan dans Le chemin vide : Vie et poème d’un moine zen

Une pièce musicale de Musique Japonaise Zen Samurai | Flûte Shakuhachi | Rodrigo Rodriguez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s