Conte pour éviter de juste réussir

Vietnam adulte et enfant

Un fils parle à son père au retour de l’école et il est anxieux et agité.

  • Je ne suis pas capable de faire cela. J’essaie depuis tôt ce matin, mais je n’y arrive pas!
  • Alors, il est ou le problème mon petit ange?
  • Tous mes amis sont capables de le faire, sauf moi!
  • Et c’est important?
  • Oui, je ne veux pas être le seul à ne pas le faire, je ne veux pas être en échec. Je n’aime pas les échecs, je n’aime pas rater mon coup, je n’aime pas ne pas réussir!
  • Oui, je comprends. Et pour toi réussir c’est mieux que l’échec, c’est cela?
  • Il n’y a aucune comparaison possible, quand tu réussis, tu es bon, tu es bien et personne ne te critique, bien au contraire!
  • Oui, je comprends. Donc il faut être meilleur que les autres? Si je rate mon coup, c’est que je fais comme tout le monde, mais que je suis moins bon dans ce que je fais. Et, si je réussis, je suis comme tout le monde, mais le meilleur dans ce que je fais! C’est cela?
  • Oui, c’est en plein cela!
  • Et qu’est-ce qui se passe si je deviens le meilleur puis une semaine plus tard je vis un échec?
  • Ce n’est pas bon du tout, mais au moins tu es parmi les meilleurs!
  • Alors, dans le désir de toujours réussir, il y a la peur de perdre. La peur de tout recommencer ou d’être exclus?
  • Oui!
  • Mais est-ce qu’il y a une autre façon de faire des choses et être bien? Dis-moi, es-tu différent des autres?
  • Oui, mais je leur ressemble!
  • Justement, tu es différent. Si réussir c’est être le meilleur quand on fait comme tout le monde et l’échec c’est être moins bon quand on fait comme tout le monde, alors, pourquoi ne pas cesser de faire comme tout le monde?
  • Et qu’est-ce que je ferais?
  • Ce que tu aimes le plus, ce dans quoi tu as le plus de talent et que lorsque tu le fais, le cœur s’emballe. Peu importe que ce soit grand ou petit, important ou pas, juste ce qui t’anime. À chaque échec, tu ferais des apprentissages, et tu aurais par la suite plus de plaisir et chaque réussite te permettrait d’apprécier tes nouvelles limites!
  • Oui, j’aimerais mieux faire ce que j’aime!
  • Ainsi, tu n’aurais plus personne à vaincre, ni à subir, et tu serais avec des amis qui comme toi ont du plaisir à explorer de nouvelles façons de faire, de nouvelles limites et s’alimenter mutuellement pour entretenir le désir de se développer. Tu penses que c’est jouable?
  • Oui!
  • Alors, montre-moi ce que tu aimerais faire le plus svp!

Une chanson Lean On Me avec Playing For Change

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/243163.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Par delà les pas qui s’effacent

ImAGE yin yang

Un jour, on m’a raconté l’histoire d’une personne qui voulait apprendre chaque chose dans les détails. Par exemple, elle pouvait étudier intensément une fleur pendant de longues périodes. Toutefois, au bout d’un certain temps, elle devait cesser, car la fleur n’était plus la même, car elle avait vraiment beaucoup changé.

Elle se disait qu’elle ne travaillait pas assez vite, et elle essaya de porter son attention sur un objet d’étude qui semblait plus pérenne. Elle s’est alors mise à étudier un arbre, mais au bout d’un certain temps, au milieu de l’automne, tout changeait trop vite.

Elle a passé sa vie à initier des études qu’elle ne pouvait terminer.

Au terme de sa vie, elle prit conscience que tout est changement, qu’il faut beaucoup d’attention et beaucoup de vigilance pour suivre chaque particule de vie dans le moindre détail.

Elle se rendit compte alors que nous sommes des passeurs sur la terre et que cela ne lui a pas été utile de regarder ses pas s’effacer sur rivage et étudier ce phénomène. Un passeur n’a pas besoin de regarder s’effacer les traces de son passage pour trouver sa route.

Le chemin à parcourir nourrit chaque jour de notre vie pour qui sait observer, étudier et identifier les signes de sa propre voie. Celui qui saura atteindre les destinations qui l’interpellent saura composer avec les changements, il saura s’adapter et continuer dans la bonne direction sans perdre courage.

Un passeur n’a pas besoin de tout connaître, de tout comprendre. Il a besoin de développer l’attention nécessaire pour se fondre à la vie, et si possible aider les autres à passer leur chemin avec plus de paix et de sérénité.

Une chanson de Yves Duteil – Le passeur de lumière

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/1291674-yves-duteil-le-passeur-de-lumiere.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Ce bien qui fait tant de mal

ob_26b4a1_image

Garde-toi de la tentation de vouloir déterminer ce dont les autres ont besoin, c’est une tare qui peut faire tant de mal.

Bien sure, nous pouvons aider les autres, après avoir vérifié ce qu’ils désirent réellement, ce qui correspond à leur besoin sur la voie qu’ils ont entrepris.

J’ai vu tant de personnes meubler leur quotidien de gestes envers les autres, déterminer ce qu’il faut faire, ce qu’il faut dire et même ce qu’il faut penser.

Ces personnes disent qu’ils aident les autres, mais dans les faits, elles ne font que prêcher leurs valeurs, leurs croyances, leurs besoins et leurs peurs afin de se sécuriser et de faire en sorte que le profit de reconnaissance s’accumule. L’égo grossit et avec une intention de bienveillance, vous semez la terreur.

Il est facile de vivre dans l’illusion et de se leurrer au point d’en arriver à se convaincre que nous voulons le bien de tous en imposant notre façon de voir.  Dans les faits, nous ne faisons que de la représentation pour plus de reconnaissance.

Celui qui se laisse guider uniquement par son opinion sur ce qui est bon pour les autres emprisonne son entourage dans une tour singulière qui n’a rien d’universel. Cette personne est dangereuse autant pour elle que pour les autres.

Une pièce musicale d’Akasha Experience – Om Purnamada

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Accompagner

zorba-le-grec-07-g

Nous sommes des êtres sociaux. Notre unicité se fond dans une pluralité de plus de 7 milliards d’autres comme nous. Différents et pourtant ayant les mêmes bases de codes génétiques en nous.

Il est plus facile de devenir une personne qui intègre la mode ambiante que de devenir singularité, notre propre nature.

Nous pouvons prendre la voie de la compétition pour nous démarquer des autres, pour nous imposer et définir notre vérité comme seule et unique. C’est la voie qui a besoin d’un Égo fort.

Par ailleurs, nous pouvons prendre la voie de la réalisation pour nous démarquer par rapport à nos rêves, pour devenir notre pleine élévation sans porter ombrage à qui que ce soi.

Tout humain qui veut progresser, qu’il soit marcheur, voyageur, chercheur ou travailleur, a un jour besoin de se faire guider, de profiter de l’expérience d’une autre personne aguerrie pour progresser.

L’idée, c’est de développer une relation de pair à pair, sur la base de réciprocité, bénévole et volontaire, afin d’aider et d’accompagner une personne dans son devenir. Personne n’impose rien à l’autre, chacun suit sa voie.

Tout dépendant du secteur d’activité que nous occupons, on aura recours alors au parrainage, à l’accompagnement, d’initiation ou au mentorat. Ces différentes formes d’entraide créent des opportunités pour parler de choses qui nous tiennent à cœur dans notre démarche et que nous ne pouvons partager avec tout le monde.

Parfois, pour progresser, nous avons besoin d’une vision extérieure. Le savoir-faire et le savoir-être se nourrissent de l’expérience. Alors, le recul, le partage d’expériences, l’échange sur le type de vision à développer pour identifier les écueils, l’encouragement, le développement de nouveaux contacts, deviennent des leviers importants.

Au fil des ans, le rôle d’encadreur a pris différents noms. Pensons au moyen âge à la relation de maître et d’apprentis pour les métiers. Aujourd’hui, nous utilisons les appellations de parrain pour l’accompagnement soutenu et de mentor pour la fonction guide.

Nous côtoyons régulièrement des personnes en besoin autour de nous, que ce soit à la suite d’un décès, d’une maladie, d’une agression, ou d’une relation difficile au travail. Nous sommes tous appelés un jour à accompagner quelqu’un.

Accepter de l’aide d’une personne expérimentée est l’expression d’une grande preuve de maturité. Nous exprimons ainsi la force de notre caractère et notre humilité.

Accepter d’aider quelqu’un dans un rôle de mentor, de guide, d’accompagnant ou de parrain, c’est manifester une énergie de la même nature de la compassion. Car, en aidant quelqu’un, nous grandissons mutuellement.

Comment faire pour aider? Nous en sommes tous capables.

Il s’agit de puiser en nous l’attention, l’écoute, l’interprétation des signes, savoir accueillir les questions sans jugement et prendre le temps de la présence. L’intérêt est d’essayer mutuellement de prendre de la hauteur, d’apaiser, et de laisser apparaître les réponses.

Et si nous développions cette attitude avec chacune des personnes que nous rencontrions, quelle serait la différence?

Une chanson de Jacques Michel interprétée par Fred Pellerin – Amène-toi chez nous

Les paroles sur http://www.cyberus.ca/~rg/ch_m004.htm

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Guerrier de Lumière

6Sl7fAfFMa1z20e7zzuXdTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Il est malheureux que les gens ne voient que les différences qui les séparent.

S’ils regardaient avec plus d’amour, ils discerneraient surtout ce qu’il y a de commun entre-eux et la moitié des problèmes du monde seraient résolus.

*

Il y a des moments où nous aimerions beaucoup aider ceux que nous aimons beaucoup, mais où nous ne pouvons rien faire. Ou bien les circonstances ne permettent pas de l’approcher, ou bien la personne est fermée à tout geste de solidarité et de soutien. Alors, seul nous reste l’amour. Dans les moments où tout se révèle inutile, nous pouvons encore aimer, sans attendre de récompense, de changements, de remerciements.

*

De même que l’intention cherche son objectif, de même que l’objectif cherche l’intention de l’homme, car c’est elle qui donne sens à son existence : alors elle n’est plus seulement une idée, mais le centre du monde pour l’archer.

*

Un guerrier de la lumière constate que certains moments se répètent. Fréquemment, il se voit placé devant des problèmes et des situations auxquels il avait déjà été confronté.

Alors il est déprimé.

Il songe qu’il est incapable de progresser dans la vie, puisque les difficultés sont de retour.

« Je suis déjà passé par là  » se plaint-il à son cœur.

– Il est vrai que tu as déjà vécu cela, répond son cœur. Mais tu ne l’as jamais dépassé.

Le guerrier comprend alors que la répétition des expériences a une unique finalité: lui enseigner ce qu’il n’a pas encore appris.

Paulo Coelho dans Guerrier de Lumière – Volume 1

Une pièce musicale de Tchaikovsky – Hymn of the Cherubim

Par la compassion

ImAGE reconnaissance

Selon toi, quelle est la différence entre aider une personne et avoir de la compassion pour elle? Cela se ressemble beaucoup!

J’y vois une toute petite différence, par la grandeur du cœur. Lorsque nous voulons aider quelqu’un, on tente d’en prendre soin et parfois, par empathie, en ressentant la difficulté ou la souffrance que vie l’autre, on lui propose ce que nous connaissons et croyons pour franchir l’étape. Ceux qui prêchent, qui tentent d’aider les autres et démontrent beaucoup d’empathie.

Toutefois, si tu veux aider l’autre à vivre ce qu’il a à vivre, tu vas tenter de le comprendre, d’écouter, tu vas lui souhaiter ce qu’il y a de meilleur, sans toutefois l’en empêcher d’affronter la souffrance ou la difficulté qui se trouve sur son chemin. Tu vois, dans cette perspective on ne tente pas de prendre en charge ou d’atténuer ce qui est vécu, mais on l’accompagne à en sortir par sa propre voie.

Ce ne serait pas plus simple de lui administrer ce qui fait du bien pour qu’elle passe à autre chose?

Les expériences que nous vivons, qu’ils soient positifs ou négatifs, ont pour fonction de nous faire grandir, de parcourir notre propre voie. Tenter de l’en détourner ne fera que retarder l’étape à franchir et elle devra reprendre le chemin là ou il y a eu une sortie. Avoir de la compassion implique que nous souhaitons ce qu’il y a de mieux pour l’autre, conscient que personne d’autre ne peut parcourir un chemin de vie personnelle.

Il n’y a donc pas d’enseignement avec la compassion?

Parfois, lorsque nous réussissions à partager l’instant, le présent de la vie, sans désir de contrôle.

Une chanson de Zaz – Si

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/880751.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Une cause juste et bonne

DSCF02701

Les personnes qui sont attentionnées et serviables envers les autres dans leur travail sont fascinantes à observer. Elles sont totalement engagées dans une cause juste, bonne et noble à leurs yeux.

L’attitude des autres à leurs égards ne semble en rien les détourner de leurs actions. Pour eux, l’enjeu ne s’exprime pas par un pourquoi, mais par un comment.

À les côtoyer, nous constatons qu’il n’y a pas un seul type de travail qui est une cause juste et bonne. Certains enseignent, d’autres assurent la protection, d’autres aident dans des services publics, d’autres sont des artistes ou ouvriers.

Ces êtres apportent chaleur et humanité dans notre monde. Ils sont précieux. Tout comme ce qu’il y a de plus beau dans la nature, il est important de contribuer à préserver ces êtres magnifiques.

Avez-vous exprimé de la gratitude envers quelqu’un de merveilleux aujourd’hui?

Une chanson de Jean-Jacques Goldman interprétée par La troupe de robin des bois – Il changeait la vie

Les paroles sur https://greatsong.net/PAROLES-JEAN-JACQUES-GOLDMAN,IL-CHANGEAIT-LA-VIE,1476152.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.