Humilité intellectuelle

Nous tenons pour acquis que notre représentation du monde est la réalité. Et pourtant, en communiquant avec les autres, nous constations que nous ne percevons pas tous exactement la même chose.

Il y a, d’une part, l’idée que nous nous faisons de ce monde qui vient teinter ce que nous percevons. On dit souvent que l’œil est capable de percevoir que ce que le cerveau est prêt à décoder. Cela explique en grande partie les écarts d’interprétation d’une toile entre le novice en art et l’expert.

Il y a d’autres parts, l’idée que la clarté fait en sorte que tout devient plus perceptible. On fait référence autant à la clarté lumineuse qu’à la clarté des idées. Et pourtant, il suffit de parler avec une personne qui vit avec une incapacité visuelle importante pour se rendre compte qu’il est possible de se faire une représentation du monde très réaliste sans pourtant avoir la capacité de voir.

Par ailleurs, les travaux en neurosciences sur les illusions d’optique ont apporté des perspectives de compréhension intéressante. Du fait que notre cerveau prend minimalement des millisecondes de retard sur la réalité, ce qui représente un peu moins qu’un temps de clin d’œil, nous ne voyons pas la réalité en direct, dans les faits nous construisons le monde autant que nous le percevons, ce qui implique que nous compensons ce qui manque en simulant une suite logique, un avenir immédiat. Et cette compensation inconsciente de notre part fait en sorte que parfois nous nous trompons.

Nous pouvons apprécier ce phénomène avec les couleurs. Nos perceptions sont avant tout singulières et en discutant avec une autre personne, il nous est possible de mesurer quelques écarts. Cela vient du fait que nous ne percevons pas les longueurs d’onde, mais formons des inférences sur les couleurs.

Nos sens nous permettent de percevoir le monde, mais ils ne sont pas le porteur du reflet exact du monde, ils ne sont que de simples instruments pour interagir avec lui. Tout dépend de la capacité de notre cerveau à former des inférences sur la base de connaissances, de croyances, de présomption ou même d’intérêts qui nous sont préétablis.

Cette perspective nous amène à considérer nos fondements tant au niveau de notre conception du monde matériel qu’au niveau de la construction de nos jugements et de nos idées. Ainsi, il serait juste d’envisager que pour comprendre le monde tel qu’il est vraiment, il ne faut pas hésiter à penser contre soi-même, à explorer les voies contre-intuitives et toujours chercher de nouvelles perspectives.

Bref, c’est une invitation à l’humilité intellectuelle.

Une pièce musicale de Yoav – Where Is My Mind?

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/243063-pixies-where-is-my-mind.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2022 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s